Nadada. Franz Bartelt.

Publié le 24 Juin 2008




Franz Bartelt est drôle. Souvent on utilise ce qualificatif afin de décrire un auteur, parfois un humoriste, plus rarement une glace à la vanille (sauf si elle nous échappe des mains et finit sa course sur le bustier en soie naturelle de tata Fernande bien évidemment). Drôle, Franz Bartelt l’est assurément. Et sa suite noire publiée dans la collection lancée par Jean-Bernard Pouy en est, une fois de plus, la preuve flagrante. Car à travers lui et selon l’adage mainte fois répété, « souvent imité, jamais égalé », Michel Audiard a enfin trouvé un digne représentant. Une noble figure capable de rivaliser avec les mots crus sans pour autant tomber dans le toc ou le téléphoné. Et ça, ça n’est pas donné à tout le monde. Beaucoup s’y sont essayés mais bien peu y sont parvenus (ou, pour paraphraser les tout aussi inimitables Chevalier & Laspalles, "y'en a qu'on essayés mais y zont eu des problèmes..."). 


« Nadada »(lire Haine à Dada), puis que c'est le titre de cet ouvrage,  est un petit roman (à peine 90 pages, écrites en GROS CARACTERES (je dis ça pour nos amis sourds et malentendants)), il interroge sur l’acte de création littéraire, balance quelques vérités toujours bonnes à dire et saupoudre même le tout d'une intrigue policière (prétexte à tout ce qui précéde). C'est bon, c'est frais, c'est fin (ça se mange sans faim), bref, c'est idéal pour occuper un trajet en train entre, disons, Larroches-Migennes et Auxerre (ou toute autre destination de courte durée, sachant que la relecture d'un passage peut s'avérer parfois utile, ne serait-ce que pour s'assurer qu'on a bien lu ce qu'on a lu parce que... ah ben si, c'était bien ça... trop drôle ce mec !).
 

Et pour les quelques sceptiques encore à convaincre, sachez encore que ce remarquable ouvrage comporte plusieurs phrases mises en exergue dont celle-ci :

 

« Une couille dans le potage, c’est une erreur.

Deux, c’est une recette ».


Ou encore,

"Quand un canard parle à demi-mots, il dit "coin"."

 

 

Et moi, rien que pour ça…


 

Titre : Nadada

Auteur : Franz Bartelt

Editions : Editions La Branche, collection « suite noire » (n° 20)

Prix : 10.00 €


Pour en savoir plus à propos de cet auteur, voir l'interview qu'il a accordé au site Pol'Art Noir:
 
http://www.polarnoir.fr/Interview-bartelt.php

 

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Commenter cet article