Owen Noone & Marauder

Publié le 6 Octobre 2005

Le livre s'intitule "Owen Noone & Marauder".

L'auteur, Douglas Cowie, a 28 ans, donc forcément  "y m'énerve" (deviendrais-je aigri en prenant de l'âge ?). En plus, il a une bonne tête (voir ci dessous) et son bouquin est sorti simultanément en France, en Angleterre et aux Etats Unis.

De quoi ça parle exactement ?

"On tient là un roman que même les rares d'entre nous qui n'ont jamais étudié dans un campus américain, sillonné les States en pick-up, ni fréquenté d'ancien joueur de baseball professionnel liront sans boussole. Car cette road story initiatique sur fond de rock, si elle n'est pas assez 'Sur la route' pour s'approcher de Kérouac, ni suffisamment sous acide pour rejoindre le 'Las Vegas Parano' de Hunter S. Thompson, possède malgré tout un petit quelque chose qui sonne familier. On entre dans ce roman comme dans une paire de chaussons isothoner. On s'y sent comme chez soi. Pourquoi ? Tout simplement parce que Douglas Cowie emprunte les ficelles, connues mais toujours aussi efficaces, de ce qui appartient désormais à l'imaginaire collectif : le rêve américain. Cet univers où tout, du meilleur jusqu'au pire, est possible. Alors, malgré l'hommage un peu naïf à l'intégrité de la jeunesse "rock'n'roll", qui triomphe face aux méchants (sénateurs, producteurs, même combat), on reste convaincu, jusqu'au bout, par les personnages et leur parcours, rondement mené par le jeune écrivain. On est séduit par le protagoniste, Marauder, cet étudiant complexé, boursier, ni populaire, ni vraiment brillant, qui du jour au lendemain (enfin, pas si vite tout de même, les heures de répèt' sont là), devient une star nationale alors qu'on en ferait bien son meilleur copain. On est séduit aussi, bien sûr, par le charismatique Owen Noone, sa façon surprenante de tenir ses promesses, sa voix désaccordée, sa nature passionnée et passionnante. Si bien qu'on n'est pas étonné de les voir s'élever peu à peu au rang d'icônes, grimpant tranquillement vers le succès."

(critique d'Emilie Valentin, sur le site http://www.evene.fr/)

 

Alléchant. Du rock, quelques références connues (mais rien de trop pointu, qu'on se rassure), des personnages attachants, une histoire avec un sénateur pas très à l'aise dans son obscurantisme... Le style reste cependant trop... scolaire, pas assez... provoquant (avec un sujet pareil !). Voilà quand même un livre qui parle d'un groupe de rock'n'roll sans jamais évoquer ni le sexe ni la drogue qui vont avec. Parti pris s'en explique son auteur. Soit. Voici donc deux braves gars qui ne savent pas jouer, encore moins chanter et qui font pourtant une carrière éblouissante en se contentant de reprendre des vieux standards folks des années 1920 réactualisés pour l'occasion à la sauce grunge (et découverts, par hasard, dans un livre volé à la bibliothèque universitaire par le Maraudeur, seule véritable mauvaise action de tout le livre...). Mais aussi étrange que cela puisse paraître, ça marche. On se prend au jeu, on va jusqu'au bout et finalement on en ressort heureux.

Que demander de plus ?

Un peu de folie peut-être.

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Commenter cet article