Claude TILLIER

Publié le 18 Septembre 2005

Le 18 Septembre 2005 fut l'occasion pour Clamecy de fêter l'un de ses auteurs les plus brillants bien que nettement moins connu que son éminent confrère, Romain Rolland, autre enfant du pays.

Voici reproduit, l'article paru dans l'Yonne Républicaine à cette occasion ainsi qu'une présentation tant de l'auteur en question que de l'une de ses plus fameuses contributions à l'histoire littéraire Française, "Mon Oncle Benjamin".

Il y a 100 ans à Clamecy

" Honorer la mémoire de Claude Tillier, c’est souligner la modernité des valeurs qui guidèrent cet auteur et qui animent toujours la République française : justice sociale, égalité des citoyens, liberté de pensée, laïcité, primauté de l’instruction ", a déclaré Claudine Galmard, présidente des Amis de Claude Tillier, qui organisaient samedi le centenaire de l’inauguration du buste de l’écrivain né en 1801 à Clamecy.

" Qu’on lève son verre, qu’on chante, qu’on prenne place à une table de banquet, qu’on s’amuse, c’est ce qu’aurait voulu Claude Tillier et c’est ce que nous allons faire aujourd’hui ".
Près d’une cinquantaine de personnes, dont le maire Bernard Bardin et le député Christian Paul qui tenait le rôle du ministre Bienvenu Martin, avaient revêtu pour la circonstance un costume 1900.
Au pied du buste, discours et chansons engagés ont alterné et 75 convives (ils étaient 650 en 1905 !) ont partagé à Armes un banquet populaire. (nda: Matéo en faisait bien évidemment partie... ).

 

Article de " L’Yonne Républicaine. Lundi 19 Septembre 2005. "

 

(Dame Gisèle était en jaune ce jour là (une chance sur deux de la découvrir) Indice, elle portait également un large chapeau de même couleur)

Mon oncle Benjamin

de Claude Tillier

Éditions Le Serpent à Plumes (1996) ou 10/18 (1963) Roman, 184 pages

 

" Mon oncle Benjamin " n’est pas assez connu et réédité dans ce pays [NdR: la France]. Et pourtant, quel régal ! " (Pour mémoire, ce roman de Claude Tillier sera adapté au cinéma par Edouard Molinaro en 1969, avec Jacques Brel dans le rôle titre (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_oncle_Benjamin)).


Ce roman fut publié en 26 feuilletons en 1842 dans L’Association, un journal démocratique de Nevers.

Claude Tillier était fils de serrurier et sa femme était sage-femme des pauvres. Il avait été surveillant dans des institutions, soldat en 1821 (il avait tiré un mauvais numéro au Conseil de Révision), instituteur, directeur d’école et journaliste. Il avait du abandonner son poste de directeur d’école à Clamecy en raison des campagnes de calomnies contre lui lancées par les notables et les ecclésiastiques du cru. Sa verve pamphlétaire contre cette catégorie de personnes lui avait valu un procès et une lourde amende qui fit sombrer son journal L’Association. Entre mille tracas et une maladie de poitrine qu’il l’emporta en 1844, Tillier avait rédigé de nombreux pamphlets et deux romans, " Mon oncle Benjamin " et " Belle plante et Cornélius ".


Dès la première page, l’auteur s’en prend à ces messieurs du parquet qui prétendent défendre la réputation de Dieu : " Ont-ils une procuration signée Jéhovah qui les autorise ?
Croyez-vous qu’il soit bien content quand la police correctionnelle lui prend dans la main son tonnerre et en foudroie brutalement des malheureux, pour un délit de quelques syllabes ? " Un esprit irrespectueux digne de Voltaire ou de Diderot va ensuite frapper jusqu’à la dernière page.

L’histoire se déroule sous l’Ancien régime à l’époque de Louis XVI. Le présumé oncle Benjamin de l’auteur est le frère cadet de sa grand-mère. Ce Benjamin Rathery est médecin de son état, célibataire, de très haute stature et profondément endetté. Son palais est aussi raffiné que son esprit. Son gosier est toujours prêt à accueillir le contenu d’une bonne bouteille de vin. A condition que ce soit en bonne compagnie. Benjamin est un philosophe qui applique ses principes de bon vivant avec une bonne humeur quasi inaltérable et une insolence redoutable. Toutes les circonstances sont bonnes pour le voir se lancer dans des facéties, des digressions et des paradoxes étincelants : " Toute la cité s’apitoie sur le sort d’un innocent qui monte à l’échafaud […] Mais combien d’innocents périssent dans vos fleuves, sur vos grands chemins, dans le creux de vos mines, et jusque dans vos ateliers, broyés sous la dent féroce de vos machines […] Cependant, leur mort vous arrache à peine une exclamation ; vous passez, et, quelques pas plus loin vous n’y pensez plus. "


L’oncle Benjamin a aussi de grandes colères contre les rois et les nobles : " - Mais dis-moi, peuple imbécile, quelle valeur trouves-tu donc aux deux lettres que ces gens-là mettent devant leur nom ? Ajoutent-elles un pouce à leur taille ? Ont-ils plus de fer que toi dans le sang, plus de moelle cérébrale dans la boîte osseuse de leur tête ? […] Il est impossible que vingt millions d’hommes consentent toujours à n’être rien dans l’État, pour que quelques milliers de courtisans soient quelque chose ; quiconque a semé des privilèges doit recueillir les révolutions. " Que nos privilégiés actuels se le tiennent pour dit.


L’oncle Benjamin s’emporte contre les mariages arrangés par les parents : " Ils ne savent pas ce que c’est pour une femme qu’un mari qu’elle n’aime pas […] Quelques-unes se laissent mourir à la peine, d’autres vont chercher ailleurs l’amour qu’elles ne peuvent se procurer avec l’homme auquel on les a attachées. Celles-ci lui glissent doucettement une pincée d’arsenic dans son potage et font écrire sur sa tombe qu’il laisse une veuve inconsolable. ". Benjamin a une personnalité généreuse : " Rien n’est plus ridicule que de mettre votre manière de sentir à la place de celle d’un autre : c’est vouloir substituer votre organisation à la sienne. ". Il ne lèverait pas le petit doigt pour s’enrichir mais il se révèle promptement homme d’action pour ridiculiser un commerçant, un bailli ou un gentilhomme.

 

 

Pas étonnant, dans ces conditions, que Georges Brassens soit l'un de ses plus fervents défenseurs. Il prétendait même, rapporte Edouard Molinaro, que l'on ne pouvait être son ami si l'on n'avait pas lu Benjamin auparavant.

 

 

 

Rédigé par JP

Publié dans #Clamecy

Repost 0
Commenter cet article