Un roman français. F. Beigbeder

Publié le 3 Octobre 2009

Bon, je sais. On va encore me jeter des pierres, m’appeler par de doux noms d’oiseaux (expression bizarre, je n’ai toujours pas trouvé de quels oiseaux il s’agissait… si vous avez une idée sur la question, surtout n’hésitez pas, je suis preneur). Je vais en effet vous causer du dernier Beigbeder, " Un roman français ". Savez, le bellâtre de la TV. Celui qui écrit AUSSI des bouquins. Il se trouve que je suis assez fan de ce monsieur. Le côté sous-Bret Easton Ellis assumé. L’autodérision. Et puis, tout simplement, ses bouquins. " Windows on the world " est grand. " 99frs " est poilant. Mais là… retenez votre bras avant qu’il ne lâche la pierre qui m’était destinée, je dois dire que " bof ". Évidemment, on va encore me dire, " ouais, c’est ton côté underground. Pour une fois que tout le monde l’encense, faut que tu fasses ta fine gueule, c’est toi le rabat-joie, le sale poseur ". Peut-être. Ça ne m’étonnerais pas de moi d’ailleurs. Mais au-delà de ça, disons que ce bouquin est agréable, sympa, amusant, aussi, parfois. Mais l’impression générale qu’il laisse au final se situe davantage au niveau du " bof ". Une semaine après l’avoir lu (je suis large en disant cela), il n’en reste rien. Ou si peu. Une colère salutaire contre le dépôt de Paris. Et puis… plus rien ou pas grand chose. Du coup, je suis très déçu. Normal. Non pas que l’idée de départ soit mauvaise, au contraire. Le mec se fait choper à sniffer de la coke en pleine rue avec Simon Liberati (" le poète ", pardon) et, au lieu de la boucler bien sagement, de faire profil bas comme on dit, il en fait le sujet de son nouveau roman (une vraie autobio pour le coup). Plutôt gonflé. Gonflé… Comme un ballon de baudruche.

Dommage.

 



Allez, pour se remettre de notre manque évident d’émotions, un petit coup de zique histoire de se détendre les zygomatiques. Serez pas venus pour rien du coup. Merci qui ? (bon, je vous préviens, ça dégage les bronches mais j'étais énervé alors faut pas m'en vouloir).



Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article