Satanisme et sorcellerie dans le rock, de Jota Martinez-Galiana

Publié le 30 Août 2011

Sat&Rock

 

 

 

Voilà un bouquin indispensable à qui s'intéresse à la question (si si, il y a des gens que ça intéresse). L'auteur revient en effet sur les différents éléments qui ont amené à présenter le rock comme la musique du diable. Tout commence dans le delta du Mississippi avec Robert Johnson. L'histoire est connue et sert de socle à tout ce qui va suivre. En prétendant avoir vendu son âme au diable (ou, tout du moins, en ayant alimenté la légende et rien fait pour la contredire), Robert Johnson a en effet créé bien plus qu'un style : un mythe. Sulfureux et fascinant. S'en suivent un peu moins de 300 pages où Jota Martinez-Galiana, à travers des extraits (traduits) de chansons (Rolling Stones, Judas Priest, Slayer j'en passe et des bien pires (Venom)), revient sur les faits marquants de cette collusion démoniaque. Les Stones (auraient-ils vendu leur âme au Malin, eux aussi ?), les Beatles et le mystère autour de la prétendue mort de Paul McCartney (et de son remplacement par un sosie), les Doors et le personnage emblématique de Jim Morrison (le roi lézard). Led Zeppelin et la fascination de Jimmy Page pour le mage Anglais Aleister Crowley. Black Sabbath et les débordements d'Ozzy le dingue. Les années 80 et l'aspect marketing qui prend clairement le dessus (Mötley Crüe en prend pour son grade au passage). Les années 90 ensuite avec des groupes tels que Nine Inch Nail (le cas Trent Reznor est intéressant) mais aussi Jane's Addiction, White Zombie et surtout Marylin Manson...

Tiens, en parlant de Manson, un chapitre entier du livre est consacré à Charles Manson et aux forfaits de sa sordide famille. Encore une source d'inspiration pour pas mal de musiciens qui, au fond, ont surtout utilisé le diable pour l'image de rébellion qu'il véhicule et traduire leur rejet de la société que par véritable « Satanisme » (l'église de Satan créée par Anton Lavey fait également partie de ce bouquin et là, disons-le tout de suite, on ne boxe plus du tout dans la même catégorie). Bref, une plongée dans l'occultisme rock'n'rollien, où les poseurs sont nombreux, où le souffre démoniaque ne sert parfois qu'à faire grossir les comptes en banque et où ceux qui y ont cru, vraiment, se sont fait de bien belles frayeurs (n'est-ce pas Mister Page ?).

 

Titre : Satanisme et sorcellerie dans le Rock.

Auteur : Jota Martinez-Galiana

Editions : Mascara/Tournon (1998)

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Commenter cet article