Pygmy. Chuck Palahniuk.

Publié le 18 Avril 2010

Sous-titre : économisez 20 Euros.

 

Palahniuk

 

 

Bon, je n'ai pas l'habitude de descendre des bouquins. Si je n'aime pas, je me tais. Mais là. Franchement. Attention, j'aime beaucoup ce qu'écrit Chuck Palahniuk. J'aurais même tendance à le placer dans mon panthéon personnel des meilleurs auteurs vivants encore en activité tout ça. Mais là. Franchement. Non, je ne peux décemment pas laisser passer une bouse pareille. Oui, vos chastes mirettes ont bien lu. Alors si vous comptiez investir 20 € prochainement dans ce truc, acheter plutôt "Mélancolie du rocker" de Toby Litt (voir chronique précédente). Parce que le dernier Palahniuk est (je prends mon souffle et vous l'expose en quelques mots) : illisible, foutage de gueule complet, inintéressant, assomant, pompeux, lourd, sans intérêt, sans style, sans histoire (ça, je ne sais pas, en fait je n'arrive pas à dépasser les cinquantes premières pages tellement c'est (attention, je reprends mon souffle) : illisible, foutage de gueule complet, inintéressant, assomant, pompeux, lourd. Bref, sans intérêt).

 

N'importe qui aurait sorti "ça" se serait faire rire au nez. Alors pourquoi, sous prétexte que l'on se prénome Chuck on se le permet ? Mystère. Toujours est-il que ce livre, pourtant présenté partout comme étant "son plus réussi depuis Fight Club" (sic, mais ils font comment les critiques pour oser écrire ça en toute conscience ?), est... vous m'avez compris.

 

Mais le mieux, encore, c'est que je vous en copie un extrait (pour vous donner une idée du machin (que je vais aller jusqu'à revendre chez Gibert dés mardi parce  que le lundi c'est fermé mais que si ça n'avait pas été fermé j'y serai allé demain) :

 

Extrait : "Céans commence rapport 8-tième agent-mézigue, opérateur num.67, témoin rite pré-co-pulatoire estudiant, emplacement arène sportive non-lumiérée dans installations ducatoire. Nuit ce-jourdhui-ci , chant rituel performé. En vue notification officielle, familles amer-ricaines inventent beaucoup infinité pré-noms absurdes en-fin bastiser pro-géniture femelle."

 

On se dit que ça va s'améliorer, que c'est juste une figure de style, que ça a son utilité. dans l'histoire (et qu'il est décidément trop fort ce Chuck).  Puis, au bout de vingt pages comme ça, on se pose des questions, on feuillette la suite, pour se rassurer... et ben c'est comme ça du début à la fin (275 pages !!!). Alors, je veux bien tout ce qu'on veut, je veux bien nouveau roman, figures de styles, je veux bien tentatives et mises en abîme, je veux bien avant-gardisme et contre-courantiste mais là...

Franchement.

 

Déçu je suis.

 

D'autant plus déçu que, comme je vous le disais au début, j'aime beaucoup ce qu'écrit Chuck Palahniuk (enfin, en règle général).

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Commenter cet article

Pedro 06/12/2011 22:58


('357 d0mm4g3 d3 n3 p45 fi||ir l3 b0uki|| (4r 0n 4 du m41 4v3( 13 14||g4g3 hihihihi... en tout cas Pygmy est un boukin qui m'a fait rire même si j'ai eu du mal à m'y faire. La première fois que
je l'ai lu j'ai eu du mal... j'ai abandonné, puis  il y à quelques mois j'ai réuni mes forces et j'ai repris la lecture... je n'en suis pas déçu.

JP 08/12/2011 21:58



Bel exemple de courage appliqué à la lecture. Je vous tire mon chapeau plus bas que terre mon cher Pedro. Personnellement, j'ai offert mon exemplaire à un ami inconscient dont je n'ai depuis plus
de nouvelles... faut-il y voir un effet de la cause ? (nan, j'déconne, on s'cause toujours et je l'avais prévenu avant). Toujours est-il que pour m'y remettre, faudrait que je le rachète. Et deux
fois la même erreur, je ne pense pas que je supporterai. En tous cas, encore bravo.



Céline 18/08/2011 21:10



Ce qu'a écrit Palahniuk c'est un livre visionnaire qui ouvre sur différentes facettes de la perception du language, de la réception de la réalité, du rapport entre les mots, les sentiments et la
manière d'interpréter le réel. C'est pas juste un effet de genre pour entrer dans le personnage, au bout de 30 pages on saisit tout instinctivement avec cette écriture. POur moi c'est un livre
novateur qui révolutionne la littérature moderne. Et je suis une fidèle de Palahniuk.



Maylilou 09/11/2010 19:00



Dommage que je n'ai pas lu ton article avant d'acheter le fameux bouquin. 


Moi aussi jadore Chuck habituellement , mais je PEINE , je PEINE à lire ce foutu livre. Pourtant c'est plein de choses intéressantes mais qu'est ce que c'est dur à lire. 


Dommage que la langue soit si "malmenée" comme ils disent en quatrième de couverture, elle est déchiquetée. 


Je vais me forcer a finir, mais jai pas compris grand chose, ça va trop loin tout ça , il n'y a plus aucun plaisir. Je m'amusais mieux en révisant mon ancien français (et pourtant !)


Bonsoir bonsoir



VTT 20/09/2010 10:16



Il faut plutôt blâmer la surenchère du traducteur que l'auteur lui-même. L'original est plus lisible, même pour ceux qui ne lisent pas l'anglais.



JP 21/09/2010 21:34



Blâmons donc le traducteur de concert parce que franchement je... mais une minute... que faut-il comprendre dans la phrase "l'original est plus lisible même pour ceux qui ne lisent pas l'anglais"
? Faut-il y voir un double-sens des plus vélocypédique ? VTT tu m'intrigues ! (oui, on se tutoie)



patrick 19/04/2010 17:02



Merci pour les économies à réaliser de suite. J'avais l'intention de l'acheter en mémoire de ses précédentes productions... C'est toujours 20€ que je pourrai boire à ta santé.



JP 20/04/2010 22:08



À la tienne Pat' !


Pas d'inquiètude Julien, moi aussi j'en ai laissé passer de belles... et je ne les corrigerai pas par respect pour ma dysorthographie.