Back Up, Paul Colize.

Publié le 10 Mars 2012

 

droppedImage.jpeg

 

 

Autant le dire tout de suite, ce bouquin est à conseiller aux amateurs car il se déguste comme un grand cru et se savoure avec bonheur.

 

Pour ceux zé celles qui traînent parfois par ici, vous devez maintenant l'avoir compris, je suis toujours partant pour un bon bouquin estampillé « rock ». C'est d'ailleurs à la mode. Des collections entières sortent sur ce thème-là, comme les « polars rock » de chez La Tengo éditions avec leur série Mona Cabriole (dans le tas, y'en a qu'un ou deux qui soient vraiment « rock », les autres se contentant d'aligner des noms de groupes en pensant que ça suffit pour faire le taff. Mais ça ne suffit pas ! Ça ne suffira jamais). Rock, c'est un style, un état d'esprit. Pas du name-dropping. Fin de la parenthèse.

Ah si, quand même, je précise pour que les choses soient claires et qu'il n'y ait pas de méprise sur les intentions : je ne considère pas « Sex, drugs & Rock'n'Dole » comme un modèle du genre. Je n'ai ni cette prétention ni ce cynisme.

Cette fois, fin de la parenthèse.

 

Pour moi, les bouquins vraiment rock (et mettant en scène des musicos et des aficionados éclairés) se comptent sur les doigts d'une main amputée (je ne parle évidemment que des œuvres de fictions, pas des bios type « Mort aux Ramones » de Dee Dee Ramone, « Life » de Keith Richards ou « The Dirt » du Crüe) : il y a, je récapitule vous pouvez prendre des notes ou imprimer cet article mais toujours dans le respect de l'environnement : « Human Punk » de John King, « Mélancolie du rocker » de Tobby Litt et, dans un genre plus pop que rock, « High fidelity » et « Juliet naked » de Nick Hornby. Après, certains auteurs sont « rock » sans pour autant écrire sur le rock (comme Chuck Palahniuk, Irvine Welsch, Philippe Djian par bien des côtés). Eh bien, croyez-le ou non, je suis en train d'en ajouter un à la première liste susmentionnée (celle des œuvres de fiction mettant en scène des zicos et/ou aficionados), qui plus est, un qui n'est pas britannique (mais Belge), je veux parler de Paul Colize. Son livre s'intitule « Back Up », ça vient tout juste de sortir chez « La manufacture de livres » (encore un éditeur inconnu au bataillon, chouette !) et... nom de d'là que c'est bon. Et quand je dis bon... C'est classé parmi les polars. Romans noirs. Il faut dire qu'il y a des morts. Dés les premières pages. Un type transformé en légume dans une chambre d'hôpital. Qui se souvient. Jusqu'à la page 100, on est sûr de savoir qui c'est (parce qu'on est super malins). Et là, paf, ça ne peut plus être lui. Mais je n'en dirais pas plus. En gros, ça se balade dans les époques sans jamais perdre le lecteur (la construction est aux petits oignons). C'est bourré de références (bon, faciles quand même, quand je dis « amateur » au début, j'exagère un peu, il suffit d'avoir entendu parler des Beatles et des Stones pour ne pas être paumé. Savoir qui est Eric Clapton peut aussi vous aider (Keith Moon à la rigueur), je vous l'accorde, ça laisse de la marge). Et c'est... Mais alors c'est... En gros, le bouquin que je rêve d'écrire (et un jour j'y arriverai ! Même si c'est dans mon coin et pour moi seul). Oui, ce livre-là est tout ce que j'aime dans la littérature dite « rock »: c'est humain. C'est malin. Il y a des passages durs, émouvants, évidemment. Et d'autres franchement tordants. C'est bourré de clins d'œils. Une scène entière reprend vie sous nos yeux émerveillés (celle de la fin 60's). Et... je n'en dirais pas plus. Seulement une chose : jetez-vous sur ce livre. Vous ne le regretterez pas.

 

Ps: D'habitude, je mets ici un extrait du bouquin chroniqué histoire de donner envie ou d'éclairer le propos mais cette fois, je ne le ferais pas. Parce que chaque chapitre le mériterait. Et aussi parce qu'il suffit de lire le premier d'entre eux pour se faire happer. Donc, mon conseil du jour s'assortira d'un autre : rendez-vous dans n'importe quelle librairie, prenez le bouquin dans vos mains et, au mépris du danger, dans un ultime élan « rock », lisez le premier chapitre en entier (pages 9 à 14, vous avez de la chance, il n'est pas long). Si, après ça, vous reposez le bouquin... eh bien, je vous avoue que je ne comprends plus rien.

 

Titre : Back Up

Auteur: Paul Colize

Editions: La manufacture de livres. 426 pages, 19,90 € (ouais, je sais, il y a le prix...)

 

Sur le site de l'éditeur : http://www.lamanufacturedelivres.com/le_site/Back_up.html

 

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article