Pol'Art Noir en a dit...

Publié le 29 Mai 2007

Les plus anciens d'entre vous s'en souviennent certainement. Pol'Art Noir, site spécialisé, avait consacré une chronique à mes modestes productions en Décembre dernier. Voici venu le temps de la conclusion. La Montagne noire (et donc la trilogie dans son ensemble) passée au crible de ces amateurs éclairés. C'est parfois gentil, parfois critique mais comme j'accepte tout et ai décidé de ne rien cacher... voici le résultat.

Et un grand merci à eux d'avoir bien voulu me consacrer un peu de leur temps !

Ps: allez faire un tour sur leur site, il est de plus en plus complet et instructif (un véritable travail de passionnés).

 

 

 

 Les aventures d'Émilie Rathery, commencées avec "La Commission des 25" puis se poursuivant dans "Le coffret d'Essarois", vont enfin trouver leur épilogue. Mais pour l'heure, il s'agit plutôt de mésaventures puisque l'adolescente, toujours à la poursuite d'une explication concernant les parchemins qui ont valu à son père d'être attaqué et blessé, vient de se faire enlever.

Elle va pourtant bientôt faire la connaissance de son ravisseur et découvrir un homme tout en prévenance qui semble œuvrer pour sa sécurité ; c'est du moins ce qu'il affirme.
D'un autre côté, les compagnons d'infortune d'Émilie se démènent (avec l'aide du professeur Grangrin) pour retrouver leur amie, bravant les dangers qui les guettent et surmontant leurs peurs...

Voici donc enfin venue l'heure de la conclusion pour cette aventure qui flirte avec le récit historique, voire ésotérique. Jean-Pierre Favard poursuit ici sa méticuleuse description des secrets qui entourent l'Alchimie.

Émilie se fera expliquer en détail, à la manière d'une initiation, à quel point cette science occulte imprègne notre histoire. Le secret le plus partagé du monde tout en étant le mieux gardé.
Aidé d'une documentation patiemment explorée, puis digérée, l'auteur montre la présence cachée de l'Alchimie dont les symboles se lisent partout autour de nous. Dans la littérature : les contes des frères Grimm, ceux de Perrault ; chez Victor Hugo, chez Gaston Leroux ou Maurice Leblanc ; mais aussi au cœur de la musique ou dans certains tableaux de grands maîtres tels Vinci ou Poussin; et jusque dans le cinéma de Walt Disney.

Jean-Pierre Favard revisite l'histoire secrète et s'en sort plutôt bien en maîtrisant parfaitement son sujet et en titillant, suscitant, l'intérêt de son lecteur. Maintenant, côté intrigue, on est tout de même plus proche d'un épisode du Club des Cinq que du thriller haletant. Et puis il manque aux personnages une profondeur qui leur fait souvent défaut.
Au final, une trilogie qui vaut surtout pour le dépaysement qu'elle apporte : on ne voyage pas si souvent que ça au pays des secrets.

 

Pol'Art Noir: http://www.polarnoir.fr/index.php

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Commenter cet article