Lisez-moi et riez... c'est un ordre.

Publié le 30 Mars 2007

 

Bon, à force de les croiser ici, sous une forme ou sous une autre, il fallait bien qu'on en arrive là. Depuis aujourd'hui, vous pouvez trouver en ligne un des mes textes sur le site de M. Toussaint Louverture, éditeur Toulousain. C'est drôle, bien fait, ça n'a pas de prétentions littéraires, juste la volonté d'explorer la face obscure du grand n'importe quoi.

En voici les premières lignes,

 

Parfois, lorsqu'on se promène dans la rue, il arrive qu'on ait le regard attiré par la plaque de tel ou tel professionnel apposée sur telle ou telle façade. Le plus souvent, au-dessous de leur nom figure leur profession: avocat, médecin, oto-rhino-laryngologiste, voyante extralucide ou shaman amérindien. Mais il n'est pas rare que ces mêmes plaques recèlent, en sus, quelques données ésotériques qu'il est toujours de bon ton de savoir analyser; voire décrypter, ne serait-ce que pour mieux briller en société. À titre personnel, il m'arrive souvent de déambuler sans but précis. Dans ces moments-là, je m'amuse à deviner le sens caché derrière ces sigles qui émaillent — pour ne pas dire envahissent — notre quotidien. Ce matin encore, au détour d'une ruelle sordide où je m'étais égaré pour Dieu seul sait quelle raison inavouable — mais je peux bien vous le dire après tout: Je sortais en fait d'une réunion Tupperware où j'avais, des heures durant, tenu mon public en haleine grâce au dernier né de la firme, une sorte de couscoussière dont la particularité résidait dans sa grande résistance au froid de sorte qu'il devenait enfin possible de préparer des sorbets à base de merguez et de semoule, de pois chiches et de légumes. Une véritable révolution dont le secret résidait entièrement dans l'alliage de zinc et de téflon bi-expansé dont était composé ce remarquable objet… mais vous comprendrez aisément que ce genre de chose demande un tant soit peu de discrétion, surtout en ces temps d'espionnage industriel. Je ne vous en dirai donc pas plus. Désolé. Non, pas la peine d'insister. Quoi, de l'argent ? Mais pour qui me prenez-vous ? Je ne mange pas de ce pain-là Monsieur ! Madame ? Vous êtes vraiment bizarre vous… enfin… — bon, où en étais-je… ah oui, je sortais de cette fameuse ruelle sordide et je tombais, stupéfait, sur cette plaque pour le moins énigmatique:

 

Docteur Arnaud DULLE
Médecine générale
DJPJ

 

Bon, "médecine générale", je voyais à peu près ce que cela pouvait recouvrir, mais que dire de ce mystérieux sigle, DJPJ ? De retour chez moi, j'interrogeais l'Internet et découvrais, abasourdi, l'existence d'une bien étrange corporation: les Diplômés Juste le Premier Janvier. On m'expliquait alors, avec force détails et schémas, que ces gens ne disposaient en réalité d'aucun diplôme officiel et ne pouvaient exercer leur profession qu'en vertu du seul fait que le premier Janvier était un jour férié (et que, par conséquent, la validité de leur diplôme ne pouvait être mise en doute par quiconque). Sans cette mise en garde salutaire — et mon opportune curiosité —, que n'aurais-je été confier ma santé à un filou de ce genre ? À lui ou à l'un ou l'autre de ses semblables.

J'en tirais la conclusion qui s'imposait: seule la véritable connaissance est à même de nous sauver.

 

 

 

Pour en savoir plus (et surtout connaître le nom de l'assassin), une seule adresse:

http://www.monsieurtoussaintlouverture.net/

 

Rédigé par JP

Publié dans #Délires sans importance (ni intérêt)

Repost 0
Commenter cet article