Brûlons tous ces punks.

Publié le 7 Mars 2007

 

 

 

Voilà donc l'objet du délit. Un recueil de nouvelles. Publié chez Monsieur Toussaint Louverture. Lequel éditeur prend la peine d'avertir son lectorat, dés le rabat de couverture, que s'il n'est pas tout à fait satisfait de son achat, il n'a qu'à se rendre chez son libraire et le gifler violemment. Ce dernier comprendra et fera suivre à qui de droit. Inutile de dire que je me sentais en sécurité en ouvrant pareil ouvrage. Une issue de secours m'était offerte, sans doute pour la première fois. Et je n'allais certainement pas m'en priver (d'autant plus que mon libraire à une tête à claques et que ça me démange depuis trop longtemps de lui en coller une). Mais poursuivons. Afin de mettre définitivement son lectorat à l'aise, l'éditeur prend ensuite la peine de rédiger une petite note de présentation de l'auteur (note qu'il n'est pas obligatoire de lire, nous indique-t-il immédiatement, conscient que ce genre d'entrée en matière peut surprendre les plus jeunes et mettre de mauvais poils les plus scientifiques d'entre nous).

Bref, je m'installais confortablement, bien décidé à trouver matière à violence physique à l'encontre de mon libraire dans les pages de ce livre au titre ô combien prometteur.

Première nouvelle, seconde, troisième. J'approchais déjà des 70 km/h et je n'avais toujours pas croisé ce délire qu'on me promettait à grand renfort de détails croustillants. Pas classiques, certes (l'histoire de la yourte humaine peut en choquer certains, j'en suis conscient et j'ai adoré l'histoire de cet arbre perdu au cœur des Cévennes), mais pas totalement décalées non plus. Entre les deux, quoi. Le style est très agréable, les phrases bien construites. Ça se lit comme du petit lait. Et c'est déjà énorme par les temps qui courent, de plus en plus vite, il est vrai et il faudrait quand même un jour songer à les rattraper …

Puis arrive la nouvelle éponyme, "Brûlons tous ces punks pour l'amour des Elfes". Et là… bon, qui n'a jamais rencontré de gardien de musée, ni fréquenté un de ces hauts lieux de la perdition intellectuelle, ne peut savoir qu'ils sont lourdement armés afin de pouvoir faire face aux attaques massives de punks (ce qui se produit approximativement tous les jours, à la nuit tombée). Mitrailleuse lourde à l'entrée, sniper sous les toits, nos musées sont bien gardés. Mais les punks sont du genre vicieux (certainement en hommage au défunt bassiste des Pistols même si cela ne nous est pas précisé). Ça canarde sec et les héros portent la moustache. En un mot comme en cent, ça y est, on y est ! Drôle, efficace, impertinent… je sens les baffes s'éloigner à mesure que ma lecture avance.

Seulement voilà.

Les nouvelles suivantes sont moins... comment dire… pas mauvaises, non, comme je l'ai dit, c'est très bien écrit et ça se lit tout seul. Certaines d'entre elles sont même très efficaces (le représentant en ronds-points). Avec ce je-ne-sais-quoi de décalé (les vendanges avec artistes-spectateurs; l'ANPE…). Mais on n'est plus dans le délire de "cramons tous ces keupons". On cite bien sûr les clash, ici ou là, mais on sent que le cœur n'y est plus. A la fin, les remerciements sont presque de trop (du reste, je ne connais aucune de ces personnes, c'est dire…).

Fort heureusement, comme en réponse à la note de l'éditeur du début, l'auteur donne alors sa propre version des faits, et là, on nage à nouveau en plein bonheur.

 

Un bon livre donc, qui permet de passer un agréable moment de lecture même s'il n'est pas encore assez fou à mon goût (en tous cas au regard du titre qui laissait entrevoir plus de taritude, de déliresse, bref de ce que je n'ai pas peur de nommer en privé, de n'importe-quoi-métal (eh oui, moi aussi j'ai écouté Iron Maiden à fond la caisse en faisait de la air guitare quand j'étais jeune)). Et on aura beau me dire qu'en agissant de la sorte, on ne voulait pas choquer un lectorat "normalement constitué", je ne peux que le regretter. D'autant que, je vous le demande, Monsieur Louverture, selon vous, quel lecteur "normalement constitué" irait acheter un livre portant un titre pareil ?

 

Bien entendu, une fois de plus, cet avis n'engage que moi et c'est pourquoi je ne saurai trop vous conseiller d'acquérir ce magnifique objet pour vous faire votre propre idée… parce qu'ah oui et ça, je ne vous l'avais pas encore dit, mais ce livre est non seulement divertissant (oh le vilain mot, pardon M. Campredon, promis, je ne le ferai plus) mais en plus, il est beau, la qualité du papier à elle seule mérite le respect, le foulage est exceptionnel et les gravures anciennes édifiantes… Aidons donc, mieux, soutenons par nos achats cet éditeur de bon goût et son auteur prometteur (Allez, lâche toi, jeune ! Je suis sûr que tu peux le faire. Aller encore plus loin ! Voler encore plus haut ! T'inonder de soleil et de fromages de chèvre frais. Vivre pleinement une vie aventureuse et riche en rebondissements, allez, chante avec moi:

I believe I can Fly,

I believe I can touch the sky…

 

Quant à mon libraire, c'est bien simple, il a de la chance. Car sa baffe n'est pas pour aujourd'hui.

Dommage, parce qu'il a vraiment une tête à claques celui-là...

 

http://www.monsieurtoussaintlouverture.net/

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

julien campredon 14/03/2007 22:05

et pour vous faire une idée encore plus délicieuse de "Brulons tous ces punks pour l'amour des elfes", abandonnez vos projets insensés de week-end au Touquet pour assister à une lecture surprenante samedi 24 mars à Paris. Et oui l'équipe de Monsieur Toussaint Louverture et son armée d'auteurs prennent d'assaut la capitale. Nous serons présents sur notre stand tout au long du Salon du Livre (espace Midi-Pyrénées) et nous ferons une lecture à la librairie En Marge, 92, rue Jean-Pierre Timbaud dans le onzième à 18 heures 30.Julien Campredon

calypso 09/03/2007 17:56

coucou
juste pour te dire que j'ai gagné le 2e prix de la nouvelle de Talant, ça y est ça vient de tomber! j'ai appris ça presque au réveil! yahooooooooooo!
Bon, sinon je ne sais tjs pas quand je viens à Clamecy pour récupérer la suite des aventures d'Emilie... j'ai hâte!
Gros bisous et à la prochaine!
PS: et si on échangeait ton édition de ta nouvelle 3e prix de talant contre ma nouvelle à moi?