Quelques pépites, en passant.

Publié le 16 Juillet 2009

Je m’éclate ! Comme vous le savez, depuis le temps que je pérore dans le vide virtuel, j’aime les livres, si possible improbables. Ces trucs dont on se demande comment ils ont pu voir le jour, un jour. Quels esprits torturés leur ont donné naissance. Quels acheteurs innocents ont pu leur prêter vie.

Avec le festival l’Ecrit de la fée, j’ai pu découvrir de petits joyaux, de ces machins introuvables dans les grandes surfaces de la culture où tout est formaté pour vendre (enfin, disons plutôt, pour tenter de vendre). Où rien ne brille. Rien ne dépasse et surtout pas une tête (même de gondole). Alors, comme je suis d’un naturel partageur (et que je ne recule devant aucune extrémité pour poursuivre ma route dans le grand néant numérique), je m’en vais vous en faire partager quelques-uns.

 




" Le mausolée de Chair " de Jonas Lenn, éditions La Clé d’Argent. (49 pages, 10.00 €). Ça se passe au Mexique. Un journaliste américain part à la recherche de Léon Trotski. Il veut l’interviewer pour son journal " de libre pensée ". Mais l’homme, victime de plusieurs attentats, se terre quelque part, dans une sorte de blockhaus dont on dit qu’il est imprenable. Si bien que lorsque Nicola Giuliani remonte sa piste et le découvre enfin, il est trop tard. Du moins le croit-il en voyant l’ambulance partir, le corps sans vie du révolutionnaire Russe à son bord. Trop tard ? En est-il vraiment certain ? Un étrange personnage vient en effet à sa rencontre. Il s’agit du docteur personnel de Léon Trotski et celui-ci lui propose de le rencontrer, chez lui, mais avant cela...

Une histoire qui mêle histoire et fiction, où le shamanisme est omni présent, où l’ADN peut même se retrouver dans le ventre d’un Hoga (monstre légendaire qui prend vie sous la plume hallucinée de Jonas Lenn après avoir été en vain chassé par Jorges Luis Borges). Un premier pas dans le grand n’importe quoi…

Page de La Clé d’Argent dédiée à ce livre :

http://clefargent.free.fr/mausolee.php 


 

 


" Celui qui bave et qui glougloute " de Roland C. Wagner, éditions ActuSF. (88 pages, 6.00 €). Alors là, disons le tout de suite, nous y sommes en plein, dans le grand n’importe quoi. Il s’agit d’un western (chose suffisamment rare dans le domaine littéraire pour être indiquée). Bien plus qu’un western, il s’agit d’un western fantastique mâtiné de steampunk. J’en vois déjà qui font la grimace, parfait. En deux mots (enfin, un peu plus que ça tout de même), le pitch de la chose : " 1890. Dans l’ouest américain. Les derniers rapports des Tuniques bleues relatent d’étranges évènements. Les indiens, soutenus par des alliés invincibles, mènent des combats d’une force insoupçonnée et refoulent, pour la première fois, l’armée vers l’est. La rumeur tend à justifier ce revirement : leurs alliés seraient-ils des esprits démoniaques appelés à la rescousse par quelque shaman illuminé ? Ou bien ce qu’ils semblent être, à savoir des monstres venus d’une autre planète ? "

Quand vous saurez qu’au milieu de ce conflit improbable apparaissent les frères Dalton, Jesse James, Calamity Jane et que Kit Carson himself tient la vedette au côté d’un démonologue français porté sur la Cognac (quand il ne s’attaque pas au Nécronomicon, le fameux livre maudit, après avoir avalé une boulette d’opium)… vous aurez compris que ce livre là était fait pour moi.

Et vous aurez raison.

Allez visiter le site des éditions ActuSF, il y a plein de pépites comme celle-là (et en plus, c’est beau, c’est pas cher… alors pourquoi chercher ailleurs, je vous le demande !) :

http://www.editions-actusf.com/ 

 

 



" Le boudoir des Gorgones ". Revue trimestrielle (6.00 €). Alors là, disons le sans ambages, l’objet est magnifique, les textes incroyables, la qualité graphique prodigieuse… n’en jetez plus, j’ai déjà tout donné. Mené de main de maître par Philippe Gontier, cette revue généreuse reprend des textes fantastiques de la seconde moitié du XIXéme – première moitié du XXéme siècles. Papier glacé, quadrichromie, chaque nouvelle est suivie d’un explicatif présentant l’auteur et son œuvre. C’est bien fait, c’est très beau et ça plonge avec délectation le lecteur dans ces récits futuristes d’un autre temps. Un bien bel objet doublé d’une expérience rare (le n° 12 présente ainsi des reproductions des illustrations de " La guerre des mondes " de H.G. Wells, édition de 1906).

Ne surtout pas rater la publicité finale, toujours drôle et férocement décalée…

http://boudoirdesgorgones.free.fr/ 

 



Tant que les passionnés existent…

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article