Fil rouge. Recueil de nouvelles.

Publié le 11 Mai 2009

" Fil rouge ". Recueil de nouvelles publié aux éditions Saint-Martin, l’aventure littéraire.

 







Pour les plus perspicaces d’entre vous, cela ne vous aura pas échappé, parmi ce recueil se cache une de mes nouvelles, " Mélange de genres ". Bien évidemment, je ne vous en ferai pas la critique, je suis mal placé pour ça. Mais il se trouve que je viens de recevoir l’ouvrage en question et que je l'ai même terminé (y'a quelques coquilles messieurs les éditeurs !!). Dix textes, plus ou moins courts, ayant tous en commun un point de départ imposé :

" Un jour de flânerie en ville, vous vous arrêtez devant la vitrine d’un brocanteur. Avec curiosité, vous regardez les bibelots exposés. C’est là que vous remarquez un téléphone, comme on en voit dans les vieux films. Vous pensez que c’est un objet insolite et qu’il ferait très bien dans votre décor. Alors pourquoi hésiter plus longtemps ? De retour chez vous, vous vous demandez où l’installer. Dans la chambre ? Dans le séjour ? En attendant, vous le posez sur la table de la cuisine. Quelques minutes passent, vous entendez une sonnerie inconnue. D’où vient-elle ? Mais… ce ne peut pourtant pas être le téléphone ! Il n’est pas branché ! La sonnerie insiste… ".

À partir de là… Amusant de constater quelques points communs entre (presque) tous les textes (au-delà du point de départ évidemment). Certaines fins qui se ressemblent. Bien sûr, je ne dis pas que j’ai tout aimé. Après tout, dix nouvelles, dix auteurs, autant d’univers différents… difficile de les apprécier tous. Par choix et afin de ne froisser personne, je ne vous parlerai donc que des deux nouvelles que j’ai le plus appréciées. La première, par ordre d’apparition mais également d’appréciation, s’intitule " Point de jonction " et est signé par Jacqueline Dumas. Une histoire qui traverse les âges, un téléphone qui sonne et joue le rôle d'une pythie. Une pythie de mauvaise augure cela va sans dire. Des événements qui s’enchaînent jusqu’au dénouement final (de ce genre qui donne des frissons dans le dos). La seconde nouvelle s’intitule " Oratorium cineris " et est signée par un certain Hugues Perrin (Vladheim pour les myspaceurs). Là, le ton est radicalement différent. La plongée historique est également présente mais de manière plus… à la fois précise et dramatique (non que le drame soit absent de la précédente nouvelle, lisez-là, vous comprendrez).  Un thème que je qualifierai volontiers de " casse-gueule " (le massacre d’Oradour-sur-glane, je ne dévoile rien en disant cela) mais maîtrisé et suffisamment bien abordé pour éviter les dérapages. Une réussite.

 

Pour vous procurer cet ouvrage, le site de l'éditeur et la page qui lui est dédiée : 


http://www.aventure-litteraire.fr/livre/FilRouge.html

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article