Philippe Djian. Impardonnables.

Publié le 28 Janvier 2009





Je vous aurais bien fait un truc sur le nouveau livre de Philippe Djian, « Impardonnables », mais je manque d’entrain. Non pas que le livre soit mauvais mais bof. Alors je vais vous faire un truc sur mes interrogations à propos des critiques littéraires, les vraies, pas celles faites par des amateurs tels que moi. Je vous parle de ces gens qui font la pluie et le beau temps, qui donnent leur avis et leur opinion. Des gens respectables quoi.


Dans le dernier numéro de Télérama, le Djian est encensé (4 étoiles) tandis que le Paul Auster est, non pas descendu, faut pas exagérer non plus, mais éreinté, accroché (2 étoiles seulement). Or, personnellement, ayant lu les deux, considérant ces deux auteurs de la même façon (j’aime ce qu’ils font donc je suis assez critique quand je trouve qu’ils « baissent »), j’ai ressenti l’exact inverse de ces avis. Pour moi, le Paul Auster est brillant et le Philippe Djian moyen. Suis-je normal docteur ?

Allons plus loin dans notre analyse avant de demander l’internement d’office avec mise à l’isolement et droit de visites réglementé. Qui sont ces gens ? En quoi leur avis est-il plus pertinent que le mien, le vôtre ou celui de mon voisin décédé depuis plusieurs mois mais qui n'en pense pas moins ? La réponse est simple : ils sont payés pour ça. Et ça, ça fait toute la différence. Car un type qui peut passer son temps à lire (avant les autres) et qui EN PLUS reçoit du fric pour ça, moi je dis que c’est un petit malin. Or, les petits malins ont forcément des avis plus brillants que ceux des vulgaires tâcherons qui paient encore leurs livres pour pouvoir les lire (ah oui, parce que j’avais oublié de vous le dire mais, comme c’est leur métier, en plus, les bouquins, non seulement ils les ont avant leur date de sortie mais ils les ont gratos). DONC, n’étant pas plus bête qu’un autre (voire, largement plus intelligent que beaucoup, je sais, là, je me vante, mais il paraît que pour donner son avis il faut parfois manquer de modestie donc je m’entraîne), je propose ici, à qui le veut bien, non pas de me payer grassement pour braire avec la foule mais de m’envoyer des livres (ou mieux encore, directement de l’argent afin que je puisse les acheter moi-même (parce que si on m’impose mes lectures, je deviens aigri et ça pourrait être dangereux pour l’auteur)). À noter que, ne reculant devant aucun sacrifice, j’accepte également les tickets restaurants, les bons de réduction et autres chèques cadeaux.

 

Pour tout envoi, merci de laisser un commentaire.

 

 

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Commenter cet article

Anne-Sophie 09/03/2009 00:26

E bien, je suis sûre que c'est un oubli... La prochaine fois !

JP 09/03/2009 08:53


Encore faudrait-il qu'ils sachent que j'existe, ces tenants et aboutissants du grand tout numérique. Car je suis trop petit, trop insignifiant, point assez influent comme on dit. Mais je m'en moque
bien ! Ah Ah ! Tel Don Quichotte, je chevauche face aux moulins à vent et ma fière Rossinante hénnit en coeur avec les... j'en fais pas un peu trop là ?
Bon bah, disons que je vais continuer à acheter mes bouquins. ça sera plus simple.


Anne-Sophie 08/03/2009 13:17

Bonjour Matéo,je découvre votre blog, à l'instant. Vous n'avez pas eu de chance sur ce bouquin : toute la blogosphère a reçu, gratos comme vous dites, le livre...J'espère que vous en bénéficierez la prochaine fois aussi de ces livres envoyés gracieusement.Bien à vous...

JP 08/03/2009 20:28


Eh bien moi aussi, je l'espère ! C'est quoi cette blogosphère d'où je suis exclus ? Où on reçoit des bouquins. N'en ferais-je donc pas partie ? Me voilà choqué et ennuyé. Dites-moi, chère Anne-So,
comment faire afin d'être adoubé par les potentats de cette nouvelle classe dominante (qui plus est numérique). Je VEUX des bouquins gratos moi aussi !!