Indispensable.

Publié le 15 Février 2006

 

Paul Auster est décidément le plus grand. Après quelques opus en deçà de la qualité à laquelle il nous avait habitué ("Tombouctou", "La nuit de l'oracle", "Le livre des illusions"), le nouveau Paul Auster, "Brooklyn Follies" est, malgré un titre qui fait tout sauf rêver, un pur bijou. Des personnages attachants, une histoire qui coule bien, de l'humour ça et là, de la peine aussi parfois et toujours ces hasards et coïncidences si chères à l'auteur de "Léviathan". Nathan (oncle Nat'), agent d'assurance à la retraite décide de venir finir sa vie là où elle avait commencé, à Brooklyn, quartier de New York où Paul Auster situe la majeur partie de ses histoires et où il habite lui même. Il y retrouve, par hasard, son neveu, Tom, ancien étudiant promis à un bel avenir, devenu libraire sans le sou et accessoirement obèse et célibataire. La rencontre de ces deux hommes est avant tout la rencontre de deux solitaires qui, malgré la différence d'âge, comptent bien plus de points communs que de sujets de divergence. S'en suit une succession de malheurs, de bonheurs, de rencontres (un escroc haut en couleurs, une petite fille réchappée de chez sa mère (ancienne actrice porno mariée à un fou de Dieu), un travesti plus vrai que nature, une escapade à la campagne à la recherche de l'hôtel Existence (finalement découvert par hasard), une JMS (Jeune Mère Sublime), une serveuse de cafétéria mariée à un fou furieux, des bijoux "faits mains" et un manuscrit à la valeur inestimable bien que faux). Et je ne pense pas en avoir trop dit en dévoilant tout cela. Quoi qu'il en soit, pour les amateurs d'Auster, ce livre devrait vite constituer un incontournable dans son œuvre et pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, une magnifique porte d'entrée vers les écrits du bonhomme.

 

Indispensable.

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Commenter cet article