Mort aux Ramones !

Publié le 27 Février 2008

undefined



Il existe, nous l’avons vu, plusieurs genres littéraires. Le roman épique, aux rebondissements joyeux. Le roman d’horreur avec sa cohorte de frissons dans le dos. Le roman d’amour, pour nos jeunes amies romantiques. Le roman noir qui dénonce les travers de notre société sous couvert d'enquêtes policières. Et enfin, les biographies. Bien sûr, me direz-vous, je me montre là quelque peu réducteur. Certains styles s’interpénètrent en effet. Ainsi, il n’est pas rare qu’un roman d’amour puisse être aussi un roman d’horreur. Tout n’est qu’une question de point de vue. Même chose pour les romans épiques ET policiers. Bref, rien n’est simple en ce bas monde, vous l’aurez compris… rien, hormis les biographies.


Je vous le dis tout de suite, je ne suis pas un aficionado du genre (n’aimant pas les gens, leur vie m’indiffère. Logique). Sauf que parfois… j’ai aussi mes propres contradictions (c’est d'ailleurs ça qui me rend si touchant).


Je viens donc, vous vous en seriez douté, de terminer la lecture d’une biographie. Mais pas de n’importe laquelle. Celle de Dee Dee Ramone. Qui est Dee Dee Ramone ? Sortez ! Immédiatement. Vous ne méritez pas de venir traîner vos guêtres par ici. Me poser la question. Franchement ! Dee Dee Ramone était (eh oui, il est mort) le bassiste du défunt groupe (y sont presque tous morts à l’heure qu’il est, enfin, aux dernières nouvelles) les RAMONES. Ça y est, ça vous cause un peu plus. One, two, three, for. Hey oh, let's go. Son autobiographie (rédigée en collaboration avec Véronica Kofman, traduite de l’américain par Virginie Despentes et publiée au Diable Vauvert (non, je n’ai pas d’actions chez eux, c’est juste qu’ils publient de bons bouquins)) est une véritable bombe. Passée l’enfance (dure, très dure, comme on peut s’en douter : Parents alcooliques, échec scolaire, petite et moyenne délinquance, grosses défonces… bref, pour lui, c’était ça ou devenir serial-killer), les premiers pas du groupe (entre le choix du nom (référence aux Silver Beatles qui allaient devenir les Beatles et dont les membres avaient choisis, à leurs débuts, des pseudos dont  le fameux Paul Ramone…et oui, on apprend aussi des choses, c’est ça qui est bien) et les premiers concerts (« on a joué une fois au studio, le second soir, personne n’est revenu ») sans oublier le choix de la place de chacun (« Joey s’est mis au chant parce qu’il était le seul à connaître les paroles» […] « Tommy à la batterie parce que personne ne voulait s’y coller ») tout est là. Les rencontres mythiques (Sid Vicious (dont on apprend que préparer ses fix avec l'eau des toilettes sans avoir tiré la chasse auparavant ne le dérangeait pas), Stiv Bators (Dee Dee a vécu un temps à Paris, logé par l'ex-Lord of the New Church), les membres des Clash, des Pistols (où on apprend que Johnny Rotten pouvait vider une cannette de bière sans reprendre son souffle... mais y'en a que ça étonne encore ?)). La description du New York Glam-rock (on apprend notamment que Joey portait à l’époque une coupe afro rouge pétante et que Dee Dee affectionnait les froques lamés argent et les plateform boots tendances New York Dolls… (et qu'un de ses meilleurs potes s'appellait Johnny Thunder)). La description du CBGB ("il fallait installer le matos entre les rats et les souris tout en évitant d’écraser les merdes de chiens"…), des concerts des Stooges (le concert a commencé en retard, Iggy ne trouvait pas de veine pour se shooter…) et des rapports entre eux (Dee Dee c’est quand même fait virer du groupe qu’il avait fondé, Joey était à fond dans l'alcool et Johnny était un vrai dictateur qui admirait Reagan et a soutenu, en son temps, le fils Bush))… c’est tout un pan d’Histoire qui s’écrit. L’histoire d’un type à qui on ne la fait pas, limite dangereux, qui a fait un passage en HP et pour qui la vie se résumait à drugs and rock'n'roll (y'a bien eu un peu de sexe mais la drogue tenait tout de même la pôle position dans ses priorités). Bref, une bio glauque à souhait, noire comme il se doit, en un mot, désespérée. A ne pas conseiller à tout le monde.

 

Titre : Mort aux Ramones !

Auteur : Dee Dee Ramone en collaboration avec Véronica Kofman (traduction Virgine Despentes, préface de Philippe Manœuvre).

Editeur : Au Diable Vauvert.

Prix conseillé : 17.00 €.

 

Du coup, c’est décidé, ma prochaine bio, ce sera « The Dirt ». ça raconte l’histoire de Mötley Crüe. Je viens tout juste de la commander (eh oui, Will’, tu vois, tout fini par arriver…). Quoi ?

Qu’est-ce que vous dites ?

C'est qui Mötley Crüe ?


Sortez.

 

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Commenter cet article

Stranded In The Jungle 22/02/2009 19:14

Mort aux Ramones est vraiment un bon livre, on s'aperçoit quand même que Dee Dee n'a pas eu forcement une super vie et que les Ramones n'étaient peu être pas si unis que sa au final.Bonne continuation, j'aime bien ton blog.A+

will 10/03/2008 18:00

Et dire que je comptais te l'amener la semaine prochaine ... pas grave, je suis sur la bio de Lemmy...Concernant la bio de Joey, on peut souligner qu'il a amené beaucoup de choses au groupe. Il est à l'origine du nom, composé la majorité des classiques des premiers albums ainsi que quelques perles chez les autres ( "chinese rock" pour Johnny Thunder).Sa carrière est passée par le rap-metal ( je ne me souviens plus du nom ... désolé) pour se terminer tragiquement...Bon, Motley, fais gaffe, c'est du très lourd ! mais, quelque part, on lisant la bio, on se met à croire en dieu... A signaler qu'une adaptation au cinéma de la bio est à l'étude et qu'un nouvel album doit sortir cette année... Toujours pas morts, un miracle.On pourra toujours en parler la semaine prochaine, je change de boulot.@+p.s: toujours aussi bons tes articles.

JP 11/03/2008 09:11

Quand tu écris "Joey", ne faudrait-il pas plutôt lire "Dee Dee" ? Quant à l'adaptation ciné de la bio de Mötley, apparemment ça avance... on parle de Val Kilmer dans le rôle de David Lee Roth et de Christopher Walken pour incarner Ozzy (!!!). Quant au groupe, souvenons-nous que Nikki Sixx souhaitait Brad Pitt pour jouer son rôle (tant qu'on y est, pourquoi pas !). Tu en trouveras un bon résumé là: http://www.destination-rock.com/livresdvd/livres/album-thedirtmotley.htmlA+ jeune !