Gunzig est Belge (et drôle) et inversement.

Publié le 27 Février 2008


Y’a un type que je trouve drôle. Ça m’arrive parfois. C’est rare, mais c’est comme ça. Cette sorte de nonchalance feinte, de dire les choses sans avoir l’air d’y toucher, de mettre les pieds franchement dans le plat. Le pire, c’est que je ne comprends pas tout. Je n’ai pas les bonnes références. Je ne suis pas Belge quoi. Mais je rigole bien quand même. Parce qu’il y a la façon, le style comme on dit. Et même si c’est bourré de fautes d’orthographe, je m’en fiche. Mais alors complètement. C’est vous dire (Remarquez, des fautes, j’en fais, moi aussi, alors j’ai rien à dire). Bon d’accord. Je disais donc, y’a un type que je trouve drôle, et comme je suis du genre partageur, eh bien je vous indique où le trouver :

 

http://www.gunzig.blogspot.com/

 

Il s’agit de billets d’humeurs, publiés ici ou là dans la presse Belge (d’où les références à des hommes politiques dont j’ignore le physique, les idées, le positionnement jusqu’au sexe (même si je m’en doute un peu, grâce au prénom, encore que ça ne veuille pas toujours dire grand chose…)). L’auteur se nomme Gunzig, Thomas Gunzig (pour ceux qui suivent, j’ai déjà « chroniqué » un de ses bouquins ici-même). Et franchement, moi, ce mec, eh ben, il me fait marrer.

 

Voici son dernier billet d’humeur en date (j’ai laissé les fautes, je ne me sentais pas de toucher à ce texte) :

 

La violence, c'est mal.

Il faut être poli. Il faut se lever quand la préfète rentre en classe. Il faut dire "Monsieur le

Ministre". Il faut dire "Monsieur le Directeur". Il faut dire "Monsieur l'administrateur

générale". Il faut répondre aux lettres recommandées. Il faut payer ses factures dans les temps.

Il faut demander un rendez-vous à la banque. Il faut ouvrir son sac à dos quand on a un

contrôle à la caisse.

La violence, c'est mal.

On ne peut pas taper.

Il faut parler.

Il faut argumenter.

Il faut proposer des solutions.

Il faut se ranger du côté de la majorité.

Il faut être démocrate.

Oui. Oui.

Je suis d'accord avec tout ça.

Je suis d'accord avec tout ça, et pourtant...

Quelque fois.

Il y a un petit truc au fond de moi.

Un tout petit truc...

Qui a envie de péter la gueule.

De péter la gueule super fort.

Rudy Demotte !

"Nous sentons aujourd'hui qu'un retour à la prospérité est possible".

Je voudrais lui péter la gueule...

Mais je peut pas.

Avoir envie comme ça, ça me donne chaud. Je devient tout rouge.

Charles Michel...

Je ne sais pas vous... Mais moi...

Charles Michel... J'ai envie de lui péter la gueule...

"Heuuu.... Je regrette qu'il n'y aie pas de consensus francophone autour de la candidature du

Président Reynders au poste de premier ministre"...

Alors je respire et je repense très fort à Ghandi...

Et puis j'entends Milequet :

"Autrement, c'est tout simplement ce que nous proposons de dire et de faire pour la prochaine

législature"...
Je suis certains que si Ghandi avait connu Milequet lui aussi il aurait eu envie de lui péter la

gueule.
Le pire c'est qu'il n'y a pas qu'en Belgique :

Jean Sarkozy...

Le fils de Sarkozy...

Cet espèce de blondinet, BCBG...

"Mon père m'a dit de rester moi même"

Jean Sarkozy....

Prenez Nicolas Sarkozy et vous le concentrez très fort...

Vous avez Jean Sarkozy...

Je voudrais lui péter la gueule...

Il faut voire grand : Poutine, par exemple...

Cet affreux type avec sa tête d'étrangleur de tchétchène...

"Je vais pointer mes missile sur des cibles européenne si le kossovo devient indépendant".

Et moi, j'ai envie de te péter la gueule...

Benoît XVI....

Non, lui je ne peut pas....

C'est un saint quand même...

Il dit : "l'enfer existe vraiment, le paradis n'est pas automatique".

Quel espèce de "Monsieur je-sais-tout"...

Ce qui est injuste c'est qu'il y a des gens ou ce serait bien vu de leur péter la gueule. Par

exemple, si je pétait la gueule de Ben Laden...

Et je vous jure que ça me ferait du bien...

Je déteste ce genre de dikkenek

planqué dieu sait ou

a dire à des gamins d'aller se faire exploser au milieux d'autres gamins...

Si je lui pétait la gueule, je serais reçus à la maison blanche,

j'écrirais un livre : "comment j'ai péter la gueule de Ben Ladden"

Scarlettte Johanson me supplierait de la prendre la maintenant

comme une bête

dans le bureau ovale

Et je pourrais même lui dire :

Heuuu, excuse moi, mais tu vient de dépasser Cameron Diaz

Et les dépasseur...

Moi..
J'ai envie de leur péter la gueule...

Et puis, il y a des gens où se serait mal vu :

Par exemple Mimi Mathy...

On ne peut pas

Pourtant Mimi Mathy aussi...

J'aimerais bien lui péter la gueule....

Je déteste "Joséphine Ange Gardien".

Je déteste tellement que je regarde... C'est un peu comme respirer de l'essence... Ca ne sent

pas bon mais on aime bien quand même...

Ou Yannick Noah...

Je supporte pas sa tête de gentil...

Et puis Sardou, Aznavour, soeure Emmanuelle, Nikos, tous les ados de la Star Académy,

Kamel Ouali et son air de grand frère qui a fait carrière

Poivre d'Arvor et ses implants capillaires,

Cauet et sa tête de saucisse,

Arthure et son rire de hyene,

Paris Hilton et son utérus névrotique,

Dechavanne....les frères Daerdenne... Julos Baucarne, Axel red, Justine Hennin, Thomas Van Hamme, Helmut Lotti,

Nicolas Hulot...

Séquence Emotions...

Je lui pêtrais bien la gueule

Je ne sais même pas pourquoi... Juste que j'en aie envie... Comme une de ces petites faims qui

vous attrape le ventre à seize heure.

Y'a même des morts, on regrette qui soit mort parce qu'on leur aurait bien pêter la gueule :

Béjarre... Brel... Folon.. Magritte...

Mais on peut pas.

On pète la gueule de personne.

Sinon, la vie ce serait le bordel...

Heureusement, j'ai trouvé une parade...

Chaque matin, je me regarde dans le miroir et je met deux grande claque...

Ca je ne l'aurai pas volé...

Et même si ça me fait un peu mal...

Ca me fait aussi un peu de bien.

Comme quoi, tout est dans la tête.


undefined

 

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article