Porno. Irvine Welsh.

Publié le 13 Février 2008

undefined



Irvine Weslh. Non content de jouer le dealer vendeur de suppositoires à l’opium dans le film tiré de son roman éponyme, « Trainspotting » (j’adore mettre « éponyme » dans une phrase, je me sens mieux après, j’sais pas pourquoi). Bref, non content de jouer le dealer vendeur de suppositoires à l’opium dans le film tiré de son roman éponyme, « Trainspotting », l’Ecossais infréquentable qu’est Irvine Welsh (ah bon ? Parce qu’il en existe des fréquentables ? Qui a dit ça ?! Je vais vous dénoncer à Sean Connery, moi, vous allez voir ça. Bande de petits mécréants va !) Irvine Weslh, disais-je, s’amuse à redonner vie à ses héros, Mark Renton, Spud, Sick Boy et même l’effroyable (et plus que psychopathe) Franck Begbie. Bien sûr, le décor n’a pas changé, Edimbourg, ou, pour être tout à fait précis et dieu sait si ces gens-là le sont, le port de Leith. Véritable ville dans la ville. Quartier qui n’en fait pas (de quartier… quartier qui ne fait pas de quartier… humour !).

Pardon.

Je reprends.

Pouf pouf.

Irvine Welsh, disais-je donc, non content de jouer le dealer vendeur de suppositoires à l’opium dans le film tiré de son roman éponyme, « Trainspotting »… ça, je crois que je l’ai déjà dit… ah oui, Spud, Sick Boy, tout ça… bref, où je voulais en venir moi ? Ah oui, Irvine Welsh répond enfin à cette question que tout le monde se pose : mais que sont-ils devenus ? Sans trop déflorer l’histoire, je dirai simplement qu’ils ont plus ou moins abandonné la drogue pour se lancer à corps perdu dans la consommation de cocaïne et aussi, ne nous voilons pas la face, d’alcool. Nous les avions laissés, souvenez-vous-en, berné par Renton, enfui avec le fric d’un important deal d’héroïne à Londres. Bien sûr, ils (les autres et Begbie en tête) ne l’ont toujours pas digéré (sauf Spud qui avait touché sa part du fric dans une consigne automatique mais je ne reviens pas là-dessus, pour ceux qui ne s’en souviendraient pas, le film est sorti en DVD pas cher et il est très bien (et le livre existe aussi en version poche) alors...).


Au début de ce nouvel épisode, Sick Boy est de retour à Leith après un temps passé à glander à Londres. Et il a de grands projets. Comme reprendre le pub pourri de sa tante partie vivre le grand amour en Espagne et produire le film porno le plus CENSURE de tous les temps. Un vrai monument intitulé « la chevauchée des sept frères », ode au cinéma muet et à la vision transcendante de la beat generation qui devrait, selon lui… non, en fait, il s’agit juste d’un film de culs. Pour ce faire, il s’attache les services de nouveaux venus parmi lesquels la charmante Nikki, jeune étudiante délurée arrondissant ses fins de mois au sauna du coin. Bien évidemment, ça pourrait s’arrêter là mais ce serait fort mal connaître ce fourbe d’auteur. Car cette histoire de film porno n’est en fait que l’arbre libidineux qui cache la forêt dépravée. Je vous dirai juste que : Sick Boy retrouve finalement Renton. Que Begbie sort de prison. Et qu’il est très en colère. Que le film se tourne (dans les conditions qu’on imagine). Que Renton rentre à Leith. Puis repart à Amsterdam. Que Sick Boy devient le porte-parole du mouvement des « commerçants contre la drogue »… Et qu’entre temps, ils montent une nouvelle arnaque (qui a elle seule vaut le déplacement car elle repose sur les plus bas instincts de cet animal qu'est l'homme). Bref, un bon moment de lecture. Souvent drôle. Avec ce petit plus lié aux retrouvailles de vieux… amis (???).


Quant à la fin, eh bien, je vous le dit comme je le pense… elle appelle une suite ! Yeap !

 

Titre : Porno

Auteur : Irvine Welsh

Editeur : Le Diable Vauvert

Prix : 20.00 € (600 pages)

 

PS : Pour tous ceux qui se seraient laissé abuser par le titre (prometteur, je vous l’accorde) de cet article et qui auraient échoué là par erreur, cherchant bien évidemment autre chose que de la littérature, sachez que ce livre contient quelques scènes susceptibles de vous intéresser (et que l’imagination est souvent préférable à l’étalage). Toutefois, si la perspective de devoir lire 600 pages pour finalement n’en retenir qu’une dizaine vous insupporte, eh bien, veuillez m’excuser de vous avoir fait perdre votre temps et permettez-moi de vous souhaiter de bonnes recherches… mais ailleurs. Désolé.

Rédigé par JP

Publié dans #Livres à lire

Repost 0
Commenter cet article

BenoitD 26/02/2008 11:52

Intéressante critique. Ca me tente mais faut-il avoir lu "Trainspotting" avant? Je n'ai même pas vu le film.

JP 26/02/2008 16:58

Je pense que c'est indispensable si l'on souhaite en savourer toute l'ironie. De plus on retrouve les personnages à peu près là où on les avait laissé... ce qui est toujours agréable. Par ailleurs, référence est faite à ce qui s'est précédemment passé. Et enfin, un clin d'oeil ENORME est fait à la première histoire au cours de celle-ci (le dénouement devrait à ce propos en ravir plus d'un(e)). Donc, ma réponse est OUI. Indubitablement. (comme je l'indique d'ailleurs, il est sorti en poche et, ayant vu et lu les deux, je peux dire que le film tient largement la route (on peut donc s'en contenter, même si les descriptions des personnages ne sont pas tout à fait celles des acteurs (normal) ce qui gâche un peu (on a en tête des tronches qui ne sont pas exactement celles décrites dans ce quon lit)). Euh... j'ignore si je suis suffisamment clair là. Ps: j'ai vu que j'étais "tagué" (et t'en remercie), j'ai fait un saut par chez toi... mais je n'en ai pas fait plus pour l'instant. Faut vraiment que je m'y mette !