Horrible !! Affreux !! AAAAHHHH !!

Publié le 3 Septembre 2007

84626100131080L.gif


Certains d’entre vous connaissent sans doute déjà Thomas Gunzing, le Gunz pour les intimes. L’homme, nous avons le même âge viens-je de m’en apercevoir en survolant sa bio, vient de publier au Diable Vauvert, « 10 000 litres d’horreur pure. Modeste contribution à une sous-culture ». Avec un titre pareille, et surtout sa couverture vomitive (que je trouve personnellement sublime mais, bon, ça n’engage que moi et pour ne rien vous cacher, j’écoute en ce moment en boucle du Ministry ce qui, de l’avis de tous les spécialistes spécialisés sur la question ne peut QUE provoquer des troubles graves, l’altération de la perception n’étant qu’un symptôme parmi tant d’autres… mais je m’égare et en reviens immédiatement à mon sujet initial, pardon, désolé) ne pouvaient que me pousser à l’achat compulsif ET irraisonné (Ministry tout ça…) dudit bouquin. Bref, me voilà l’objet en main et, folie que je ne parviens toujours pas m’expliquer, je l’ouvre. Et le lis. Et là… Bon, on ne va pas s’appesantir sur la qualité intrinsèque de l’intrigue. Ni sur l’usage surabondant de l’imparfait. Ni sur les deux-trois fautes qui surnagent ça et là. Je suis super mal placé pour pouvoir faire ce genre de remarque. Nous voici donc, disais-je avant d’être embarqué dans des digressions sans aucun intérêt, face à un OLNI (je ne vous fais pas l’affront de traduire cet acronyme, vous ne le méritez pas) dont l’auteur, d’ailleurs, se sent lui-même obligé de s’expliquer : souvenir de jeunesse, vidéos de films d’horreurs, Dario Argento tout ça... Eh merde me dis-je, en me reprenant immédiatement, « pas de gros mots devant les enfants ». Et zut, disais-je donc, non seulement, on a le même âge, lui et moi, mais en plus on a eu les mêmes Samedis après-midi foireux.


Encore heureux que moi, que je ne suis pas Belge me dis-je pour me rassurer. Ah ah ah !


Alors voilà, c’est l’histoire d’une bande d’ados attardés, genre pom-pom girl et quaterback décérébré, qui vont passer des vacances, au bord d’un lac, dans une cabane isolée. Bien évidemment, y’a le petit binoclard rondouillet, le couple plus sage auquel on peut tenter de s’identifier et des voisins cul-terreux au degré de consanguinité proche de celui de la famille de massacre à la tronçonneuse. Si je vous dis que ça dégénère rapidos en grand n’importe quoi (y’en a un qui descend une échelle de plusieurs centaines de mètres, une qui se fait charcuter par un vieux au cutter, un qui se fait aspirer les parties génitales par un genre de blob, une qui…). Mais n’en disons pas plus, le Gunz s’est bien amusé et moi, en le lisant, je me suis bien poilé (expression de la fin du XXé siècle signifiant, j’ai bien ri, traduction à destination de nos amis djeuns égarés). Il use et abuse des clichés du genre en un hommage haut en couleurs et pour tout dire, libérateur. On tremble, on frémit mais pas parce qu’on a peur, non, juste parce qu’on se reconnaît et qu'on y trouve son bonheur (OK, "bonheur" est sans doute un peu exagéré). Un regret toutefois : on n’a toujours pas de réponse à cette obsédante question : « mais pourquoi, quand on est cerné par des monstres, mort de faim et de froid, qu’on vient de se prendre un coup de barre de fer sur le crâne et le bras, on s’entête encore à sortir dehors, la nuit, seulement équipé d’une lampe torche à la santé vacillante et d’un couteau de cuisine ridiculement petit ?» 
Si vous avez un avis sur la question, surtout, n’hésitez pas.

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Commenter cet article

K.n.K 26/09/2007 18:06

Bonjour,Je suis étudiante en DUT métiers du livre, je fais un dossier suivi d’un livre dans le cadre de ma formation, et j’ai lu votre article sur 10.000 litres d’horreur pure de Thomas Gunzig. Je me demandais comment vous aviez connu le livre, par la presse ? Le bouche à oreille ?...Si vous êtes d’accord pour me donner des informations contactez moi s’il vous plait Merci de votre attention !!!

JP 27/09/2007 09:06

Bonjour étudiante en DUT métier du livre. Livre connu car: publié au Diable Vauvert, bonne maison d'édition. De plus, ayant un temps communiqué via mails avec l'auteur de celui-ci, intéressé par sa production. Sujet marrant. Couverture magnifique (selon mes goûts propres qui ne sont pas toujours...). Bref, voilà ma motivation pour l'achat (et la lecture) de ce livre-là en particulier. Pour les autres, le choix se fait par auteur (quand je connais et apprécie, je suis) ou via le Net (permet de connaître les sorties et de s'intéresser à celles susceptiles de me plaire), la presse (magazine par exemple et par hasard) ou le déclic devant les étales des libraires. Pas de règle générale donc.J'espère que cela suffira.Sinon, ne pas hésiter à me contacter.Bonne continuation,Amicalement,JP