Lectures et autre culture

Publié le 16 Août 2007

Au départ, je voulais faire une chronique de mes lectures de l’été. Je sais que ça vous intéresse. Que parfois même, ça vous donne des idées. Tant mieux, car cela n’a pas d’autre but. Bref, je pensais tenir le livre parfait pour cela. Le genre de bonne surprise que l’on a parfois, sans réellement s’y attendre. Et puis…

Egypto.jpg


Le livre s’intitule « L’Egyptologue ». Vous l’avez certainement vu sur les étales, il semble avoir son petit succès. Au départ, il ne correspond pas vraiment à mes critères de choix (trop « grand public », pas assez « barré ») mais l’ayant gagné grâce à mon « bon plan internet », je ne pouvais le laisser prendre la poussière sans rien faire. Me voilà donc plongé dans ces intrigues entrecroisées et je dois dire que les premières impressions furent plutôt bonnes. Le style est agréable sans être simpliste, les héros attachants. On nous promet même, en 4e de couv’, une des fins les plus surprenantes de la littérature contemporaine et le grand Stephen King en personne le qualifie d’étonnant. Bref, je suis séduit. Il y a de très bons passages. Quelques analyses pertinentes. De bons rebondissements. Bien sûr, sachant que la fin doit m’étonner, je lis l’esprit en alerte. Je me demande où l’auteur veut en venir (et surtout où il va arriver). Je subodore. Je suppute. J’analyse.

L’histoire en quelques mots (ou plutôt, les histoires) : d’un côté, un égyptologue à la recherche de la tombe d’un improbable roi de la XIIIe dynastie, le dernier (dont aucun livre ne parle et dont l’existence est plus qu’improbable selon les plus grands spécialistes de la question). De l’autre, un détective Australien qui, depuis sa maison de retraite, se souvient d’une de ses plus fascinantes enquêtes. Une enquête qui devait le conduire en Egypte sur les traces d’un certain chercheur. Le tout est écrit sous forme de « carnets de route ». Et très vite, on perçoit, chez l’un comme l’autre, quelques incohérences, à tel point que l'on en est bientôt persuadé: l’un d’eux ment, mais lequel ? Vous l’aurez compris, l’idée de départ est bonne, bien menée et assez habile pour créer le suspense. Sauf que la fin… Bon, dire que l’on ne s’y attend pas serait faux. On sent venir. De là à dire qu’on est surpris. Bof, faudrait pas non plus exagérer. Mais comme vous le savez maintenant, j’ai l’esprit passablement tordu, alors peut-être cela ne tient-il qu’à moi ? Et quand bien même… Car si la fin est bien celle que j’ai comprise (j’ai encore un doute à ce sujet, je peux vous l'avouer), cela sous-entend pas mal d’invraisemblances. Ce qui est particulièrement gênant, vous devez en convenir. Autre explication : je n’ai rien compris (ce qui est aussi possible), auquel cas, 1) je suis totalement stupide, 2) l’auteur a raté son coup (car ce n’est pas au lecteur de comprendre mais à l’auteur de bien expliquer). Bref, si quelqu’un a lu ce livre, l’a compris, l’a aimé, je suis prêt à ouvrir le débat car le contenu est tellement prometteur que cette fin m’a vraiment laissé sur ma faim (avec mauvais jeu de mot en prime).
Actuellement, je lis "Pour le meilleur et pour l'empire" de James Hawes, aux éditions de l'Olivier (qui ne déçoivent généralement pas). C'est Anglais, c'est barré. ça me plaît. Mais j'attendrai toutefois de l'avoir terminé pour vous en dire plus, "chat échaudé", vous connaissez la suite...

 

Question zique, deux bonnes surprises côtés français. On le sait, la chanson française n’est plus rien depuis la mort de Joe Dassin et pourtant, parfois, des petits jeunes parviennent à percer. Thomas Fersen. Bénabar. De bons textes, de l’humour, de la poésie. Je suis assez friand de ce genre de choses. Or en voilà deux (pas un, deux) qui me mettent actuellement en joie. Renan Luce (son « repenti » est admirable) et Ridan (il y a une colère salutaire chez ce jeune homme). À écouter attentivement. En attendant bien sûr le nouveau Manu Chao (qui n’aura certainement rien de neuf mais sera toujours aussi agréable à écouter).

 

Et spéciale dédicace au Fab qui, après s’être pris un pont en bateau, vient de se casser la patte en de multiples endroits en voulant faire son punk au Chien à Plumes (c’est plus de notre âge, faut se faire une raison).

 

 

Rédigé par JP

Publié dans #ça n'engage que moi

Repost 0
Commenter cet article

pafdantaface 23/08/2007 14:50

Merci d'avoir répondu ;)le problème de l'hypothèse de la création de la tombe simultanément à sa découverte ... ça pose le problème suivant:- Atoum-Hadou serait une création de Trilipush (plus ou moins), alors comment expliquer que l'on aie retrouvé le fragment A et B aux alentours de 1890 (alors que Paul Caldwell ou Trilipush avait à peine 10 ans) et que le fragment C fut retrouvé en 1915 par Marlowe. On voit donc que Trilipush n'a jamais pris part à la découverte des fragments et donc on peut se demander si Atoum-Hadou est une création de Trilipush ou si c'est bien un personnage qui a existé pendant l'antiquité ... ?Ainsi ça voudrait dire que Trilipush aurait construit une fausse tombe (ça on le sait), mais qu'il y aurait quand même la vraie tombe d'Atoum-Hadou, l'originale (qui reste à trouvée ...)Ps: Vu que ton article concerne aussi la musique, je te conseille d'écouter du Kit Thomas (sur myspace) c'est calme, posé ... bon des textes ultra simplistes en anglais ... mais ça vaut carrément le détour, en plus c'est un ptit groupe d'indie pas connu pour l'instant et qui devrait très certainement percer bientôt. Une musique idéale pour lire ou pour une soirée tranquille entre amis. ;)Amicalement Pafdantaface.

pafdantaface 22/08/2007 12:17

En fait on pourrait résumer ce livre à: "L'archéologue qui voulait être Pharaon" ça me parait pas trop mal ...

JP 23/08/2007 09:12

Salut Pafdanta, Bon, en gros, je suis arrivé aux mêmes conclusions que toi (surtout en ce qui concerne la création de la tombe simultanément à sa découverte. Souviens-toi, les traces de sang qui sont intégrées à la création de la tombe dans la tête du découvreur alors que celui-ci s'et fait exploser la jambe et que, donc...). Ton histoire du "mythe Trilipush" concorde aussi avec ma perception. Bref, nous sommes d'accord sur le fond. Ceci n'empêche que ça pose un certain nombre de problèmes, que tu soulèves toi même d'ailleurs. Les lettres. Le dénouement. Que le dit Trilipush souffre de dédoublement de personnalité ne fait aucun doute, que sa blessure l'amène à délirer non plus, mais de là à s'oublier à ce point... enfin, quelques bons moments toutefois et une chose de sûre, perso, je ne le relirai pas pour être certain de cette hypothèse, y'a trop de trucs intéressants pour se refader un truc dont, au final, on n'est pas certain. C'est mon avis. En tous cas merci de m'avoir fait part du tien (ça me rassure au moins sur un point, je ne suis pas complètement stupide).Amicalement,JP (Matéo n'a que 3 ans 1/2 et ne s'intéresse pas encore à ce genre de débat). Ps: ton résumé est efficace et juste. Le type se rêve autre en découvrant, au final, un pharaon qui n'a jamais existé, sorte de Trilipush antique... ça se tient. Sans oublier les fondamentaux: L'histoire n'est qu'un gigantesque recommencement. L'homme n'a pas de mémoire et c'est ce qui le conduira à sa perte.

pafdantaface 22/08/2007 01:50

Salut Mateo (ou JP ... j'en sais fichtrement rien ... bref je m'adresse à l'auteur de l'article sur "L'Egyptologue", ayant moi même terminé la lecture du bouquin aujourd'hui et n'ayant pas tout compris (en tout cas n'étant pas sûr d'avoir bien compris la fin). Je me suis dit tiens si j'allais vérifié sur le net ... bien entendu j'ai rien trouvé ... mais je suis quand même arrivé ici ... alors je sais pas si on a le droit aux spoilers ... en tout cas je prévient ... STOP ALERTE SPOILERS FAUT PAS LIRE CE QUI SUIT SI TOI LA DERRIERE TON ECRAN TU N'AS PAS LU CE LIVRE !!! CASSE TOI !!! (bon j'aurait prévenu ;) )voilà ce que je pense avoir compris (même si j'ai l'impression que l'auteur a délibérément choisi de nous laisser imaginer la fin ...)-1) Trilipush est un personnage inventé par des éleves d'Oxford et qui leur servait d'alibi à l'époque pour différentes choses ... Hugo.M celui qui a inventé ce personnage en parle à Paul Caldwell et ce dernier se fait alors passer pendant toute l'histoire pour Trilipush (après avoir tué Hugo lors de leur fameuse sortie qui leur a officiellement couté la vie => en fait on peut comprendre que Paul a tué Hugo et puis à pris l'identité de Trilipush.-2) Ensuite je pense que la tombe de Atoum-Hadou est une fausse tombe (même si cette hypothèse tiens pas vraiment debout) en fait d'après moi c'est Trilipush qui la construit au fur et à mesure (tout comme Atoum-Hadou était sensé l'avoir fait à la fin de son règne) Trilipush à tout peint, il a embaumé lui même le chat (qui est l'un des chats de sa villa), il tue et embaume son beau père (tout comme Atoum-Hadou la fait avec le sien) et puis il finit par s'embaumer lui même et mourir ... Ainsi Paul Caldwell = Trilipush = Atoum-Hadou (en gros) voilà où j'en arriveBon c'est assez compliqué d'expliquer quelque chose qu'on ne comprend pas très bien soi-même (et l'auteur ne nous aide pas pour éclaircir les choses) alors il se peut que vous ne compreniez pas très bien tout ce que j'explique ... en fait je pense que c'est le genre de livre à relire pour bien tout comprendre.des trucs que j'arrive pas bien à comprendre. Qui est Beverly à la fin ? Pourquoi les lettres que Hugo Marlowe envoit à Beverly (à la fin du livre) se retrouvent dans les lettres du prof Trilipush ?Bref ce livre me donne la nausée et m'empèche de dormir (c'est pour ça que la fin nous laisse ko ... ;)