Du feu de l'enfer, Sire Cédric.

Publié le 22 Mars 2017

 

Sa Saigneurie a encore frappé. Dés la scène d'ouverture, on est en apnée et, mauvaise nouvelle pour nos amis asthmatiques, ça va être comme ça pendant plus de 550 pages. Une course effrénée contre la montre, contre la mort, fuite en avant insensée où on ne sait plus qui est qui, qui fait quoi, et à qui, et pourquoi...

Une secte de barjots (charmant pléonasme en l’occurrence), adorateurs d'une divinité païenne étêtée, destructeurs symboliques (et beaucoup plus prosaïques) d'innocences. Décapiteurs de chiens et de jeunes femmes à l'occasion. Sa Magesté est fâché et il a décidé de ne pas nous laisser dormir tranquilles. Il torture, doucement, tranquillement, ses lecteurs en les rendant addictifs à grands renforts de chapitres courts et forcément haletants. Car ça se lit vite, très vite, parfois même les mains devant les yeux (parce que... noooonnnn ! Pas çaaaaaaa! Eh si, il a osé).

 

À ne pas mettre entre toutes les mains (mais que celles qui portent habituellement des gants chirurgicaux ne s'en privent pas car elles vont adorer). Parce que ce type-là est un grand malade. Et qu'entre grands malades, on est faits pour se comprendre.

Moi, je vous le dis, mes bons amis, le millésime 2017 du Sire C. est un grand cru. Ce serait dommage de s'en priver.

 

Extrait (attention, il s'agit des premières phrases) :

« Elle avait cessé de crier et de pleurer.

A présent elle courait. Nue, terrifiée, et déjà épuisée après tout ce qu'elle avait subi. Elle courait pour sa vie, si tant est qu'elle ait encore une chance de se sortir de ce piège infernal. »

Page 11 (prologue).

 

 

Titre : Du feu de l'enfer.

Auteur : Sire Cédric.

Éditions : Presses de la cité, collection sang d'encre (556 pages, 21,50 €)

 

Présentation sur le site de l'éditeur :

http://www.pressesdelacite.com/livre/polars-et-suspense/du-feu-de-l-enfer-sire-cedric

 

Rédigé par JP Favard

Repost 0
Commenter cet article