Il Sera Une Fois..., Southeast Jones.

Publié le 16 Novembre 2016

 

 

Alors, autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré ce recueil. Dans ces conditions, est-ce encore utile de continuer ? Oui ? Bon, d'accord (mais c'est bien parce que vous insistez).

 

Après quelques recherches pour le moins fructueuses sur le Net (ce cloaque insalubre où surnagent des artistes fous autoproclamés) j'ai découvert que sous ce sobriquet étrange se cache un homme, un vrai (avec le crâne glabre et la moustache vélocipédique).

 

Bref, copié-collé biographique :

« Southeast Jones est le pseudonyme de l'auteur Paul Demoulin. Son nom de plume est un hommage à Northwest Smith, héros d'une série de romans de science-fiction de l'auteure américaine C. L. Moore. »

 

Voilà qui nous renseigne sur les lectures du monsieur ainsi que ses centres d'intérêt. La SF donc. Hum. Hum hum dirais-je même. Parce que moi, voyez-vous, il se trouve que la SF... Il y a des genres, je ne sais pas pourquoi, avec lesquels j'ai du mal. A rentrer dedans. A... C'est comme ça, je n'y peux rien. Mais bon, passons outre cet a priori désastreux. Car tout a priori est fait pour être dépassé (surtout s'il est des astreux). Et avouons que si je n'avais pas dépassé celui-là, je me serai privé d'un bon moment de lecture.

Ce qui aurait été dommage.

 

« Il sera une fois », sous un couverture fort réussie de Christophe Huet (je n'en dirais pas autant des illustrations intérieures mais là encore, tout n'est qu'une question de goût), une mise en scène en mode « storytelling au coin du feu », nous plongeons dans des textes allant du court au très court (pas de texte vraiment long dans ce recueil et c'est bien dommage car quelques bonnes (voire, très bonnes) idées sont ainsi exécutées sans leur laisser la moindre chance de se développer. Et si certaines fins peuvent être attendues (celle de « Barbares ! » notamment) d'autres, en revanche, arrachent au lecteur que je suis un agréable sourire entendu (j'ai beaucoup aimé celle de « Divergence d'opinion » pour ne citer qu'elle). Et quoi qu'il en soit, l'ensemble est remarquablement écrit. Dans un style limpide qui « coule tout seul » et nous emporte de la première à la dernière ligne sans qu'on « le sente passer ». De quoi se retrouver à la fin sans avoir eu l'impression de voir le temps filer. Surpris, charmé et quoi qu'il en soit avide de recommencer. Bref, une excellente surprise (je l'avoue) et un auteur à suivre (ça, c'est certain).

 

Extrait :

« Ma race est née alors que l'univers était encore jeune. Nous sommes probablement la première forme de vie à avoir émergé du chaos originel. Nous étions alors créatures de pure énergie, notre existence n'était qu'instinct primaire et notre conscience collective. Ce n'est que bien plus tard que nous accédâmes à l'individualité et à l'intelligence. Il y a un peu plus de deux milliards de vos années, notre évolution prit un tournant crucial. Notre vie, bien que très longue, était ennuyeuse et manquait singulièrement de saveur. Nous n'étions plus qu'une poignée. Tant des nôtres, trop las sans doute, s'étaient laissés mourir. Nous errions sans but alors qu'autour de nous existaient tant de choses à découvrir.

Nous découvrîmes la curiosité, et cela nous sauva. »

« Question de foi », page 75.

 

 

Titre : Il sera une fois.

Auteur : Southeast Jones.

Editions : Séma éditions.

 

Sur le site de l'éditeur : http://www.sema-diffusion.com/editions/il-sera-une-fois/

 

Rédigé par JP Favard

Repost 0
Commenter cet article