Retour à Silence, F. Ferric - P. Le Pivain

Publié le 23 Avril 2015

Retour à Silence, F. Ferric - P. Le Pivain

Ceux qui ont lu « La loi du désert » ne seront certainement pas dépaysés (et sans doute ravi, bien qu’un peu inquiets, de retrouver pareil univers). Les autres se diront certainement qu’il faut vraiment qu’ils se décident à lire ce roman dont ils ont entendu parler sans jamais oser franchir le pas.

L’histoire en quelques mots (et sans rien spoiler de l’intrigue (c’est pas facile, je vais tâcher de faire attention)).
Alej est un solitaire. Il vit en reclus dans une sorte de cahute en tôle au fin fond du fin fond d’un désert inhospitalier et forcément mortel. Des types sont à sa recherche depuis qu’il a…BIP. Ils veulent lui régler son compte, vous l’aurez sans doute compris. Mais Alej n’est pas du genre à se laisser faire. Surtout par d’anciens partenaires. Et ce, d’autant plus qu’il possède une sacrée paire de gabs (revolvers). Et qu’il sait s’en servir (le bougre). Quant à sa condition de sang-mêlé… REBIP. A Ana, qui repose sous la dalle… REREBIP. Aux blafards et aux routiers… BIIIIIIIIIIIIIIPPPPPPP
La poussière, partout, toujours. La chaleur, étouffante. Les règlements de compte. La vengeance.
Une histoire digne de Tarantino, cuisinée à la sauce Sergio Leone avec de bons gros morceaux de John Carpenter dedans.
Le tout en bouquin.
Et avec des dessins.
Tiens, parlons-en, des dessins.
Vu qu’il s’agit d’un roman graphique (entendre par là, illustré (ce n’est pas une BD non plus)). Une image ouvre chaque chapitre. La fin compile quelques versions en couleur (numérique, je suis moins fan, je l’avoue). Et même deux - trois crayonnés vraiment intéressants (car il est toujours intéressant de voir comment tout ça est construit).
Mais il y a surtout la plume de Franck Ferric.
Et là…
Plus abordable que ses « trois oboles pour Charon », on suit l’intrigue avec un réel plaisir régressif… Parce qu’on est en plein western, là. Moderne, certes. Post-apocalptique, évidemment. Mais western tout de même. Avec ses indiens, ses cow-boys, ses chasseurs de primes… sa fille du saloon. Son bandit de grands chemins. Ses… BIIIIIIIIIIIIPPPPP !
OK, je me tais.
A vous de le découvrir.

Extrait :
« C’était deux années avant l’histoire du barrage et des blafards, un matin où le ciel était rouge et Puerto aussi.
Nous étions une douzaine de raffineurs à dévaler le Port-Sec en direction des Fossés. Et ceux qui, couche-tard ou lève-tôt, nous voyaient cavaler dans l’air déjà tiède devinaient à nos mises que nous ne nous déplacions pas pour notre agrément. Les armes à nos flancs et la mine bornée de soldats commissionnés que nous affichions suffisaient à comprendre de quoi il retournait : le parrain du Port-Sec avait lâché ses chiens sur certains de ses soucis. Il allait y avoir du grabuge. » Page 94.

Titre : Retour à Silence.
Auteurs : Franck Ferric (texte) et Pierre le Pivain (dessins)
Editions du Riez – collection Graffics 216 pages, 19.90 €

Pour le lien vers le site de l'éditeur, cliquez sur l'image en tête d'article, c'est direct (le montage a été "piqué" au site Le Pixx, qu'ils veuillent bien m'en excuser).

Rédigé par JP Favard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article