Incursion, Pierre Brulhet

Publié le 30 Avril 2015

Incursion, Pierre Brulhet

Que voit-on, sur la couverture ? Un regard doux, féminin. Un autre dur, masculin. L’homme tient une arme que l’on devine chargée. Le visage de la femme s’évanouit dans les nuées. Tout est dit. Un polar « saupoudré » de fantastique comme l’indique plaisamment l’auteur lorsqu’il présente son nouvel ouvrage. Personnellement, je trouve que parler de « saupoudrage » est un peu léger. Car on est en plein dedans là !

Dans la SF en l’occurrence.

Tout commence dans un forgon cellulaire qui emporte ses prisonniers-passagers vers leur lieu de détention qui se situe… dans le passé. Et pas n’importe quel passé ! En pleine ère Jurassique (certains se faisant même boulotter par un T.Rex à peine débarqués). Nous voilà donc d’emblée plongé dans le bain. L’un des prisonniers, un dénommé Vince Homme, parvient à réchapper au carnage. Mais pour un temps seulement. Sa disparition, aussi brutale qu’inexpliquée, va alors entraîner, bien des siècles plus tard, l’ouverture d’une enquête. Laquelle est confiée au véritable héros de ce roman, l’inspecteur David Caine. Un personnage de flic désabusé, à deux doigts de mettre des glaçons dans son Cognac. Entre deux apparitions ectoplasmiques (dont certaines pour le moins charmantes et… coopératives) et un camarade féru d’informatique, David va avoir maille à partir avec bien des dangers pour mener son enquête. Et visiter nombre de sites enchanteurs grâce aux bons soins de la société Dream & House (spécialisée dans les constructions ayant des pièces éloignées les unes des autres par plusieurs milliers de kilomètres).

Raconter l’intrigue de ce roman ressemble à un véritable casse-tête tant les idées fourmillent. Et si le style reste somme toute assez sage, les situations, elles, sont suffisamment inattendues et bluffantes pour qu’on se laisse porter avec un réel plaisir par cette lecture dont on garde des images en tête longtemps après avoir refermé le livre.

Titre : Incursion

Auteur : Pierre Brulhet (avec une préface de Jess Kaan)

Editions : La Madolière. 200 pages, 15 €

(et comme d'habitude, il suffit de cliquer sur l'image en tête de chronique pour se rendre directement sur la page dédiée du site de l'éditeur).

Rédigé par JP Favard

Repost 0
Commenter cet article