Vernon Subutex, vol.1, Virginie Despentes.

Publié le 20 Janvier 2015

Vernon Subutex, vol.1, Virginie Despentes.

Viens de terminer « Vernon Subutex vol.1 ». Excellent. Vraiment. Après, un goût bizarre dans la bouche quand même. Mais pas dû au bouquin. Commencé avant et fini après la semaine dernière. Et je me rends bien compte que ça laisse des traces. Et en laissera encore longtemps.
Un bien ?
Un mal ?
Bon, on va continuer comme on dit.
Despentes donc. Depuis son Apocalypse Baby, j’avoue, je suis la dame (un peu perdu de vue après les chiennes savantes). Et je crois que je la suivrai longtemps (comme quelques autres). Le niveau est là. Et ça écrase. Vernon est disquaire. Un métier condamné à disparaître. Sauf qu’il ne sait rien faire d’autre. Alors, dans un premier temps, il fourgue ce qui lui reste sur le net, s’en sort tant bien que mal. Son pote, Alex Bleach, celui qui a réussi, lui paie son loyer. Royal. Jusqu’à ce qu’il casse sa pipe. Et là, dégringolade. Vernon se retrouve sans adresse. Il passe d’un clic-clac à l’autre, chez des potes qui l’hébergent. Des filles qui l’accueillent. Jusqu’à ce qu’il n’y en ai plus. NI des unes ni des autres. Et là, c’est la rue. La vraie. Les scènes sont dures. On sent que le fameux « ça peut arriver à tout le monde » n’est pas une formule vaine. La chute peut être rapide. Et donner de belles envolées (terrible). Comme cette clocharde qui pleure son chien, piqué par les bonnes âmes, sans doute pour son bien. Son seul et son unique compagnon (un staff prénommé Attilinou (si c’est pas mignon)). Et puis… des crânes rasés qui agressent. La dure réalité qui rattrape. Le… des gens le cherchent. La hyène le trouve. Pourquoi ? Avant de clamser, Alex Bleach, le bourreau des cœurs adolescentes a enregistré trois cassettes de… Vernon ne sait même pas de quoi. Confession ? Testament ? En tout cas, tout le monde veut mettre la main dessus. Et lui, il les a laissé à une fille en échange de son ordinateur pour pouvoir se connecter sur Facebook… le con !
Le premier volume s’achève là.
On annonce le second en Mars et un troisième sans date de sortie.

A lire.

« Je suis la pute arrogante et écorchée vive, je suis l’adolescent solidaire dans son fauteuil roulant, je suis la jeune femme qui dîne avec son père qu’elle adore et qui est si fier d’elle, je suis le clandestin qui a passé les barbelés de Melilla je remonte les Champs-Elysées et je sais que cette ville va me donner ce que je suis venu chercher, je suis la vache à l’abattoir, je suis l’infirmière rendue sourde aux cris des malades à force d’impuissance, je suis le sans-papier qui prend dix euros de crack chaque soir pour faire le ménage au black dans un restau à Château Rouge, je suis le chômeur longue durée qui vient de retrouver un emploi, je suis le passeur de drogue qui se pisse de trouille dix mètres avant la douane, je suis la pute de soixante-cinq ans enchantée de voir débarquer son plus vieil habitué. Je suis l’arbre aux branches nues malmenées par la pluie, l’enfant qui hurle dans sa poussette, la chienne qui tire sur sa laisse, la surveillante de prison jalouse de l’insouciance des détenues, je suis un nuage noir, une fontaine, le fiancé quitté qui fait défiler les photos de sa vie d’avant, je suis un clodo sur un banc perché sur une butte, à Paris. »

Sur le site de l’éditeur :
http://grasset.fr/vernon-subutex-1-9782246713517


Titre : Vernon Subutex 1
Auteur : Virginie Despentes
Editions : Grasset, 397 pages, 19.90 €

Rédigé par JP Favard

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article